« Villas de Châtelaillon » ou la station balnéaire sortie de nulle part

PATRIMOINE – Pour la première fois un ouvrage se penche sur le patrimoine architectural de Châtelaillon-Plage via ses somptueuses villas. Sur 190 pages, Jean-Louis Mahé et Yann Werdefroy parcourent la ville et en dévoilent les trésors balnéaires.

L’histoire commence à la toute fin du Second Empire alors que la France se pare de voies ferrées et de gares. Depuis 1863, La Rochelle et Rochefort sont reliées à Paris. Entre les deux cités : une large et aride bande de landes, rattachée à Angoulins, vestige d’une ex-puissante seigneurie dont ne reste comme souvenir que le hameau défraichi des Boucholeurs.

Fin 19ème, la mode est à la balnéothérapie. Royan, Arcachon, Deauville, Dinard brillent de milles feux, animées par les extravagances de la haute-bourgeoisie et de l’aristocratie qui y font trempette. Untel se délecte des bains chauds dans sa baignoire en bois, pendant qu’untel lui préfère le bain à la lame (dans la mer). C’est pourquoi, quand le réseau ferroviaire tend à se densifier dans la Charente-Maritime, on pense à implanter, en 1873, une gare sur cette zone désolée. L’idée première : transformer ces terres appartenant à quelques familles nobles dont les Green de Saint-Marsault en une joviale cité balnéaire. Pour diverses raisons, La Rochelle n’a jamais réussi à se positionner comme station balnéaire (bien qu’elle fût dès 1827 une des premières à posséder ses bains : les Bains Marie-Thérèse). Et si, avec Châtelaillon, la cité maritime tenait sa revanche ?

5, rue de la Garenne – ©Yann Werdefroy

En à peine 20 ans est donc créée ex-nihilo Châtelaillon-Plage avec son casino, son bord de mer, ses grands hôtels et ses lotissements regorgeant de somptueuses villas. Les débuts, impulsés par Gabriel Fauconnier avocat de Barbezieux, furent pourtant difficiles : la spéculation immobilière, désordonnée, plante ici et là quelques villas et déjà les premiers plaisanciers se plaignent du manque d’arbres et des routes cabossées. Un fossé se creuse alors entre la rive sud (huppée) et nord (populaire) de la station.

Il faudra attendre 1893 pour qu’Alcide D’Orbigny, maire de La Rochelle, décide de l’implantation – en 5 mois ! – d’un casino en plein cœur du village naissant. Châtelaillon devient the place to be. S’ensuivent l’érection d’une digue – promenade en front de mer, d’un grand boulevard suivant le rivage en retrait et la multiplication d’hôtels et autres villas touristiques. La nouvelle ville peut enfin s’émanciper de la tutelle d’Angoulins.

À la veille de la Guerre 14/18, elle figure en bonne place parmi les Petits trous pas chers courus par une classe moyenne faîte d’artisans et de petite bourgeoisie, laissant à l’exubérante aristocratie Royan et Arcachon comme terrain de jeux.

Exubérante pourtant Châtelaillon l’est. Notamment dans son exceptionnel patrimoine architectural que Villas de Châtelaillon met en valeur avec les nombreuses photographies signées Yann Werdefroy et textes documentés de Jean-Louis Mahé, déjà auteur de l’incontournable Trésors d’architecture de La Rochelle. Avec plus de 500 villas, la ville propose en effet un parfait panorama de chalets, cottages et autres castelets aux couleurs chatoyantes et aux fantaisies incontestées.

Les Dunes ©Yann Werdefroy

Pour s’en rendre compte, il suffit d’observer la Villa Stella – premier manoir qu’on devine en arrivant par train de la Rochelle ; Les Dunes ; le Chalet de l’Océan ;  le Welcome ; le Beauséjour – plus belle résidence privée de la ville ;  Les Algues ou encore la nordique Kristiania. Avec force pierre, brique, ardoise, terre cuite, bois, céramique, métal et dans une moindre mesure puis béton, toutes rivalisent de beauté et participent aujourd’hui à l’incroyable attrait de la ville.

N’en déplaise à la longue plage de sable fin qui s’étend sur 3 kilomètres, il serait bon de flâner cet été, Villas de Châtelaillon à la main, dans les rues bigarrées et en damier de Chatel’ pour en (re)découvrir tout le charme suranné d’une folle époque.

Cédric Chaory. 

Villas de ChâtelaillonJean-Louis Mahé & Yann Werdefroy (La Geste Éditions)
INFORMATION PRATIQUE : http://www.gesteditions.com/beaux-livres/architecture/villas-de-chatelaillon