Rochefort : Julie Gayet présente ses Soeurs Jumelles

RENCONTRES – L’actrice Julie Gayet présentait ce matin à Rochefort son projet Sœurs Jumelles, nouveau rendez-vous où musiques et images (films, jeux vidéo,publicités, nouvelles technologies) seront à la fête. Première édition en juin 2021.

C’est dans l’espace de réception de Vivre(s), ancien magasin aux Vivres classé monument historique et aujourd’hui restaurant rochefortais, que l’actrice et productrice Julie Gayet reçoit son petit monde composé de journalistes et officiels. Elle vient y présenter Sœurs Jumelles, Rencontres de la musique et de l’image, tout nouveau rendez-vous culturel initialement prévu du 25 au 27 juin avant qu’un virus ne vienne gâcher la fête.

Faire tomber le mur entre musique et cinéma

Avec simplicité et sourire radieux, Julie Gayet lance la conférence de presse face à son auditoire masqué : « On ne le sait peut-être pas mais avant d’être comédienne, j’ai étudié le chant lyrique. Cet apprentissage a toujours nourri ma façon d’appréhender mes rôles au cinéma. J’ai construit tous mes personnages par le biais de leur voix, de leur musicalité. Pour moi cinéma et musique ont toujours été liés. Comme des sœurs jumelles. »

Mais ce qui apparaît comme une évidence aux yeux et aux oreilles de la productrice, ne semble pas l’être dans la profession : un vrai fossé entre ces deux soeurs, pourtant tellement complémentaires, peine aujourd’hui a être comblé.  « Depuis mes débuts dans la production audiovisuelle, j’ai toujours cherché à susciter la rencontre entre la musique et le cinéma tout en déplorant qu’il n’y ait pas de lieu de rencontre et d’échange autour de ces deux univers. » poursuit Julie Gayet accompagnée d’Hélène Girault, coordinatrice du projet.

Julie Gayet et Hélène Girault, les « frangines » des Soeurs Jumelles.

Avec Sœurs Jumelles, les deux femmes entendent enfin réunir créateur d’images et de musique : « L’idée est de mettre en avant la complémentarité, la synchronicité et la transversalité entre ces filières. Chacune avec leur identité propre marche côte à côte, comme des sœurs jumelles, aujourd’hui il nous est impératif qu’elles se rencontrent » précise Hélène Girault.

Rochefort plutôt que Cherbourg

Entre Julie Gayet et la Nouvelle-Aquitaine c’est une histoire au long cours. En effet notre région fut la première à soutenir les œuvres produites par sa société Rouge International. L’actrice se souvient également « de ce merveilleux tournage sur l’île d’Oléron avec la comédienne Maria Pacôme » (Emma d’Alain Tasma – 2012). Aussi au moment de trouver un écrin en-chanteur à ses Rencontres, Rochefort est vite apparu comme une évidence. Enfin presque …

À l’origine Hervé Blanché, actuel maire de cette Ville d’Art et d’Histoire, avait entendu parlé, courant 2019, d’un projet de festival de comédie musicale souhaité par Macha Méril. Très vite, il se rapproche de la veuve de Michel Legrand. Sa ville n’est-elle pas le théâtre à ciel ouvert d’une des plus mythiques comédies musicales du 7ème art : Les Demoiselles de Rochefort ? De fil en aiguille et par l’entremise de Macha, il en vient à rencontrer Julie Gayet dont la société de production semble la plus apte à porter un tel projet désormais centré sur les rapports musique-cinéma.

« Au début, j’ai eu quelques réticences à implanter « Sœurs Jumelles » à Rochefort. Je craignais que la capacité hôtelière de la ville ne soit en mesure d’accueillir, sur 3 jours, ce grand rassemblement de professionnels du cinéma et de la musique. Mais le maire m’a très rapidement convaincue. Et puis j’ai découvert les studios d’enregistrement l’Alhambra de la société Cristal Production, la beauté du quartier de la Corderie Royale où les Rencontres prendront place. Et enfin ce soleil et cette lumière de la Charente-Maritime … » explique Julie Gayet qui glisse malicieusement « il eût été dommage d’aller à Cherbourg, non ? » en clin d’œil à un autre chef-d’œuvre du maître Jacques Demy.

La Corderie Royale, future Croisette de la Charente-Maritime ?

À plusieurs reprises durant la conférence de presse furent cité la ville de Cannes et sa grand messe du cinéma mondial. Notamment par Éric Debègue, directeur passionné de Cristal Production et partenaire des Rencontres (au même titre que l’INA et Sony-ATS). Ce dernier déplore que le festival printanier de la Côte d’Azur n’accorde que très peu d’importance à la musique de films. Julie Gayet rebondit dans un éclat de rires : « Rochefort va devenir notre Cannes ! De nombreux festivals de cinéma accordent un peu d’espace à la musique mais c’est assez ténu. Je pense à la Rochelle notamment avec son festival de la Fiction ou les ciné-concerts de La Rochelle Cinéma. Il y a Annecy également mais Sœurs Jumelles pousse le curseur bien plus loin. » En creusant cette thématique, elle a bien l’intention de rameuter en masse les professionnels des deux secteurs. Et si Rochefort, belle endormie qui se réveille depuis quelques années via notamment son Arsenal de la Mer, devenait la nouvelle Place to Be des 4ème et 7ème art ?

Pousser le curseur plus loin donc … Quand Julie Gayet parle des rapports musique-image, elle entend brasser toutes les images : celles du grand et du petit écran tout comme celles véhiculées par la publicité, les jeux vidéo et les œuvres immersives. Un rapide blind test en fin de conférence de presse démontre combien Il était une fois dans l’Ouest est indissociable de l’harmonica d’Ennio Morricone, Twin Peaks de son thème envoûtant signé Angelo Badalamenti. Même l’enseigne Carrefour a su rajeunir son image dans ses spots publicitaires mis en musique par Lilly Wood and The Pricks. « Et si je vous dis Casa del Papel, vous me fredonnez direct « Bella Ciao », non ? » conclue alors Julie.

Trois jours de festivités autour de Michel Legrand

Fin juin 2021, durant trois jours, Sœurs Jumelles proposera des rencontres professionnelles d’un côté avec des échanges « très sérieux » et des festivités tout publics.

Speed dating et débats pros rythmeront les matinées : « Les professionnels vont notamment réfléchir à la place des compositrices dans le cinéma. Cette année, c’est l’Islandaise Hildur Guðnadóttir qui a reçu l’Oscar  de la meilleure BO pour « Joker ». Un fait suffisamment rare pour s’y arrêter. Les pros aborderont aussi des questions techniques telles que les droits d’auteur. Le buy-out pratiqué dans l’univers des jeux vidéo pose problème : il dépossède les musiciens de leur droit d’auteur » détaille Julie Gayet enchaînant sur les rendez-vous dédiés au grand public. Essentiellement des shows case, un concert musique électro, un grand concert hommage à Michel Legrand en présence de Macha Méril. Et pourquoi pas un boeuf dans la cave à vin du chef Coutanceau ?

Enfin le dernier soir : la carte blanche à Michel Legrand conçu par l’auteur-compositeur Benjamin Biolay. Annoncé pour la conférence de presse le chanteur de Comment est ta peine ? a fait faux bond à Julie. Avec affection, elle explique : « Ce « traître » ne m’a pas rejoint à Rochefort. Il est en pleine promotion de son nouvel album. Benjamin est un grand amoureux de Michel Legrand, de Catherine Deneuve, des « Demoiselles » et je suis très heureuse qu’il rejoigne cette aventure. Il va s’entourer pour ce concert-hommage, en partenariat avec La Sirène, de nombreux artistes. »

Les Charentais Maritimes seront bien gâtés en 2021 : Sunny Side of Doc, Sœurs Jumelles, La Rochelle Cinéma, le Festival de la Fiction. Que de cinéma en si peu de temps ! D’ici là l’équipe des Rencontres s’activent sur le Net : un site internet verra le jour en octobre soutenu par les réseaux sociaux. Objectif : qu’une communauté de cinéphiles et d’amoureux de la musique porte au plus haut ces sœurs bien nées.

Cédric Chaory

Visuel de Une: ©HaveMeProductions

PROCHAINEMENT – OUVERTURE DU SITE SOEURSJUMELLES.COM