Philippe Mezescaze en signature à la librairie Les Saisons

LITTÉRATURE – Le vendredi 7 juin à 18h, la librairie reçoit l’auteur Philippe Mezescaze pour une soirée-dédicace autour de son nouveau roman Je ne sais rien d’elle.

À l’occasion de l’adaptation de l’un de ses romans au cinéma, Philippe Mezescaze est invité sur le tournage à La Rochelle. Cette expérience, profondément bouleversante, l’amène à croiser les acteurs qui interprètent sa mère, sa grand-mère, et lui-même. Entre jeux de miroirs et métamorphose de sa propre enfance, les souvenirs ressurgissent au gré des scènes et des rencontres avec son jeune alter ego, Noah, enfant perspicace et sensible. Cet épisode a amené le romancier à écrire une dernière confession sur Irène, sa mère encore enveloppée d’un mystère.

Je ne sais rien d’elle retrace à la fois la construction d’une identité et l’épopée du tournage de Du soleil dans mes yeux (Nicolas Giraud, 2017, adapté de L’Impureté d’Irène, Arléa, 1987). Ce récit autobiographique, inspiré par l’enfance de Philippe Mezescaze, est un témoignage émouvant et troublant. Entre jeux de miroirs et métamorphose de sa propre enfance rochelaise, les souvenirs ressurgissent… 

Philippe Mezescaze est né à Paris le 19 décembre 1952. Adolescent, après une enfance chahutée, sa grand-mère, attentive et sans exigence, sinon celle de leur liberté réciproque, l’accueille, une poignée d’années, à La Rochelle. Il abandonne le lycée et entre dans une troupe de théâtre où il rencontre Hervé Guibert. Chacun, dans un livre, fera le récit de leur histoire, H. G. dans Mes Parents, puis, quarante ans plus tard, Ph. M. dans Deux Garçons.

Philippe Mezescaze publie son premier livre, il a vingt-quatre ans. Roland Barthes, dont il devient proche, l’encourage et le presse d’écrire un deuxième roman : « Tu ne peux, éternellement, demeurer un jeune écrivain prometteur. » R. B. ne sera pas obéi, plusieurs années auront passé avant qu’un autre livre naisse.

Philippe Mezescaze voyage, il a écrit une douzaine d’ouvrages, des récits de soi, des pérégrinations universelles.

Laisser un commentaire