Municipales 2020 : entretien avec Jaouad El Marbouh

Le candidat aux Municipales 2020 du Mouvement Citoyen Rochelais Jaouad El Marbouh répond à son tour aux questions d’Aliénor et dévoile en partie son projet culturel.

Quel avenir pour l’Hôtel de Cruzol ?

Nous nous félicitons que le Musée des Beaux-Arts soit actuellement en rénovation car nous sommes très attachés au patrimoine commun. Cependant nous concernant les musées en centre-ville c’est parfait mais notre projet est  surtout  de décoloniser la culture en la rendant accessible au plus grand nombre  dans toute la ville. La Rochelle, dans son intégralité géographique, doit être une oasis de culture. Si l’art et la culture ne sont pas partagés, ils ne servent à rien ! Il est impensable de les restreindre à un seul périmètre.

Aussi un de mes premiers gestes sera de déplacer la statue de Toussaint Louverture d’Ousmane Sow, qui se trouve actuellement dans la cour du Musée du Nouveau-Monde. Je ne comprends pas qu’elle trouve place au sein de l’hôtel Fleurieau, demeure d’un ancien armateur, complice de la traite négrière et où furent exploités des domestiques noirs. Toussaint Louverture est le fondateur de la nation haïtienne, première à se libérer des colons. Comment la statue de cet homme politique peut-elle être « enfermée » dans cet hôtel-musée ? Elle doit trouver place dans un espace public ouvert, pas nécessairement en centre-ville, pour être vue par le plus grand nombre de rochelais.

Quelle place pour l’art contemporain à La Rochelle ?

Il y a de nombreuses pistes à explorer : l’organisation d’expositions en plein air avec du land Art ou encore des expositions photographiques (parcs, parcours littoral…). Disséminées dans plusieurs sites  de la ville, elles offriraient un autre regard sur elle pour ses habitants mais aussi pour les touristes. Il faut sortir de cette idée que La Rochelle se réduirait qu’à son Vieux-Port et ses tours.

Nous souhaitons aussi apporter des moyens bien plus importants aux artistes ;  notamment en faisant que 15% des budgets attribués à la construction de bâtiments publics soit affectés aux œuvres artistiques. C’est loin d’être le cas aujourd’hui et c’est une manière de diffuser de l’art contemporain dans notre bâti. L’art est un levier social, économique mais n’oublions pas que les artistes ont ce pouvoir de nous faire rêver, de nous élever et d’éveiller nos consciences. Dans nos rues, sur nos bâtiments publics, nous devons trouver cette présence de l’art contemporain.

Quelle réhabilitation pour le Gabut ?

Là encore, je souhaite que ce pôle culturel ne soit pas situé au Gabut mais externalisé. Le CNAREP a toute sa place à Villeneuve-les-Salines ou à Mireuil -quartiers dits prioritaires- . En s’ouvrant à ses habitants, en dévoilant comment on conçoit une œuvre, le CNAREP pourrait donner un formidable élan à ses habitants.

Plutôt qu’une structure labellisée, je préférerais que la Friche du Gabut devienne, tout au long de l’année, un espace d’expression pour des troupes amateurs, des artistes de quartiers.

Je dis bien à l’année car nous savons que les évènements culturels sont organisés à destination des touristes estivaux!  Il  faut construire une véritable offre pour les rochelais sur les trois autres saisons et qu’ils puissent tous y accéder. C’est pourquoi, à l’instar de ce que proposent les entreprises du privé avec leur comité d’entreprise, je souhaite que la mairie offre aux rochelais des avantages à destination des loisirs et de la culture. Ceux-ci pourraient être calculés sur la base des coefficients familiaux. Plus vous accédez à la culture, plus votre curiosité croît…  et plus vous y « retournez» !

C’est valable pour la jeunesse qui se verrait offrir un Pass Culture.

Mais encore faut-il accéder aux informations liées à l’actualité culturelle et artistique de la ville. Comment remédier au déficit de communication ?

Il existe une application appelée La Rochelle au bout des doigts mais elle ne possède aucun onglet culture. Il faut y remédier. Vous pointez là un vrai problème au sein du service communication de la Mairie et je souhaiterais le refondre. Je l’ai connu 3 fois moins fourni en terme de personnel mais aussi 3 fois plus créatif et efficace. Aussi pour une meilleure gestion nous voulons créer une régie communautaire au niveau de la communication

Je suis aussi toujours étonné de voir que La Coursive, le CCN et la Sirène sont toujours fréquentés par les mêmes publics. Si je suis élu je leur demanderai un travail de programmation « hors-les-murs» plus développé. Ces établissements doivent aller dans les quartiers pour y proposer des spectacles mais aussi organiser des rencontres avec des artistes ; pour y expliquer leurs métiers ou comment fonctionne un lieu culturel. Les jeunes doivent avoir accès à ces informations pour susciter des vocations.  Je pense que ces échanges nourriraient aussi les intervenants …

Quel soutien pour les metteurs en scène et chorégraphes locaux?

Nous manquons d’ateliers et lieux de créations dans cette ville. Pourtant dans de nombreux quartiers des bâtiments sont voués prochainement à disparaître. Pourquoi ne pas les transformer en ateliers d’artistes, en fab lab ? L’art doit aller au devant des populations et en installant nos artistes dans tous les quartiers de la ville il y aurait une formidable opportunité pour la transmission d’une éducation populaire artistique.

Concernant le patrimoine, je souhaite vraiment qu’il soit davantage mis en lumière mais par des designers et non des éclairagistes. Pour cela, il serait aussi intéressant de solliciter nos artistes sur la mise en scène de ce patrimoine. D’une manière générale, nous les associons trop peu dans nos projets municipaux et il ne faut surtout pas que les élus se substituent à eux car expertises et visions des artistes nous sont précieuses!. Nous voulons plus de coopérations et de relations

Quel levier pour le développement de l’industrie de l’audiovisuel ?

La culture de l’image tout comme celle de la culture numérique sont essentielles dans nos sociétés actuelles et il est important que nos enfants sachent les maîtriser. Dans 10 ans, ce sont près de 80% de nouveaux métiers qui vont apparaître tous en rapport avec ces cultures : je pense au coding, aux algorithmes, aux métiers de l’audiovisuel…

C’est pourquoi je propose de mettre en place à Villeneuve-les-Salines une école municipale offrant aux 9-16 ans des formations à l’intelligence artificielle, à la robotique, à l’informatique et aux mathématiques afin que ces jeunes puissent s’imprégner de ce nouveau monde.

Propos recueillis par Cédric Chaory.

TOUT LE PROGRAMME DE MONSIEUR JAOUAD EL MARBOUH :

https://www.mouvement-citoyen-rochelais.com/news/portrait-jaouad-el-marbouh

Prochain et dernier entretien : Jean-François Fountaine (maire sortant) le lundi 8 mars.