Les Escales Documentaires : tout le cinéma du réel à La Rochelle

FESTIVAL – Du 7 au 11 novembre, le Festival International du Documentaire de Création de La Rochelle se transforme à l’occasion de sa 19ème édition en Festival International de la création Documentaire. Petit tour d’horizon des immanquables de cette édition.

Il fêtera ses 20 ans l’an prochain mais dès cette année le festival Escales Documentaires s’offre une cure de jouvence. En enrichissant son programme de nouvelles écritures documentaires avec la diffusion d’une web-série, de documentaires sonores (appelés communément podcast) ainsi qu’une expérience de réalité virtuelle, il se la joue 2.0 et c’est plutôt bienvenu. Une mue qui sert d’ailleurs au plus près la diversité des œuvres documentaires d’aujourd’hui et de demain.

À cette occasion, le festival change légèrement son intitulé : en plaçant le terme « création » avant celui de « documentaires », les Escales consacrent cette évolution de la production vers les nouvelles écritures du réel, tout en conservant sa vocation première : proposer une vision créative des enjeux de notre société. À travers des inspirations plurielles et des regards d’auteurs variés, les Escales rendent comptent des questions complexes qui traversent notre époque et éclairent nos réalités sociales, politiques, historiques ou artistiques aujourd’hui. Elles sont une inépuisable source d’émotions et de réflexions, d’ouverture au monde et à sa compréhension, dans laquelle chacun peut se retrouver.

Raymond Depardon, Alice Diop … capteurs de paroles

Incontestablement tête d’affiche de cette 19ème édition, Raymond Depardon accompagné de son acolyte Claudine Nougaret est la sensation du festival. Ensemble ils forment un couple unique dans le cinéma français qu’il soit documentaire ou non. Au long de plusieurs décennies, leur caméra et leur micro n’ont cessé de saisir quelque chose de notre monde et de nos sociétés en cherchant constamment à « laisser des traces des humaines, de tous les humains, à égalité », dit Claudine. C’est la richesse de cette trajectoire cinématographique que les Escales Documentaires ont choisi de mettre en lumière à travers la diffusion de 6 films couvrant la période 1974-2018.

Invitée il y a 15 ans aux Escales à l’occasion de la sortie de son premier film, Alice Diop est de retour à La Rochelle et il est peu d’écrire qu’elle a fait un bon bout de chemin toutes ces années. Cinéaste qui porte un regard singulier et délicat sur la banlieue, Alice est bardée de prix dont le César du meilleur court métrage en 2017 pour Vers la tendresse. Le festival programme 3 des 6 documentaires d’une artiste qui accepte l’étiquette de « cinéaste de banlieue » que si c’est elle qui se la colle, une cinéaste de banlieue à la Pialat précise t-elle. Juste référence.

Peter Watkins, le regard critique sur les mass-médias

Il n’a cessé de porter un regard critique sur les médias audiovisuels de masse, particulièrement dans ses films où cette thématique majeure a toujours été omniprésente. Aujourd’hui plus que jamais, Peter Watkins, réalisateur anglais de 84 ans, continue de se battre pour l’émergence d’un véritable processus alternatif et démocratique dans le champ d’un medium audiovisuel. L’université de La Rochelle diffusera La Commune, son œuvre-phare. Un débat s’ensuivra sur la « Crise des Médias », théorisée dès les années 70 par Watkins et qui secoue aujourd’hui nos sociétés contemporaines.

Jetez une oreille sur ces docus …

Parce que la création documentaire passe aussi par les web-séries et les documents sonores (podcast), Escales Documentaires proposera à son public, dans la salle basse de la Tour de la Chaîne, de se laisser emporter par les images qui lui viennent à l’esprit à l’écoute de podcast. Des histoires  intimes, politiques, sociales où l’on se crée son propre film au gré des musiques, silences, ambiances et discours. Sylvain Gire, fondateur passionné d’Arte Radio, viendra d’animer deux séances d’écoute des ces documentaires qui se laissent écouter.

Les deux saisons de Commises d’office, série numérique documentaire réalisée par Olivia Barlier et qui cartonne sur le net depuis 2017, seront diffusées pendant le festival. Sous l’œil attentif d’Olivia Barlier, Déborah, Noémie et Eugénie partagent avec nous leur quotidien, leurs doutes et leurs victoires dans des (trop courts) épisodes de 8 minutes. Ces trois héroïnes ordinaires ne peuvent que constater l’impossibilité de concilier rigidité judiciaire et complexité humaine, pour laquelle il n’existe aucun manuel. C’est rude, parfois glaçant : incontestablement la plus percutante des webséries sur le monde judiciaire.

Compétition(s)

Escales documentaires c’est aussi une compétition internationale qui présente 8 œuvres essentiellement françaises mais l’Allemagne, le Brésil, l’Israël, la Belgique et l’Argentine sont dans le game. Les oeuvres ont été sélectionnées par l’équipe du festival et le jury est lui présidé par Claudine Nougaret. L’enjeu : 2.000 euros.

Le Prix des jeunes a, lui, pour volonté d’impliquer les festivaliers. Il est organisé par les étudiants en année spéciale de l’IUT Techniques de Commercialisation de l’Université. 6 films sont en compétition.

Une trentaine de documentaires est également proposé dans des programmes spécifiques (océan, mémoire, court, musique, jeune public …) entre le 7 et 11 novembre. À visionner au Carré Amelot, à la Maison de l’Étudiant, la salle de l’Ancien Marché de l’Arsenal, la Tour de la Chaîne, la Sirène ou encore la Coursive.

Cédric Chaory.

INFORMATIONS PRATIQUES : https://www.escalesdocumentaires.org/

Laisser un commentaire