Le krump de Nach au CCN La Rochelle

DANSE – Danseuse de krump, Anne-Marie Van, alias Nach, donne vie et forme a des personnages qui bouillent ou se cachent en elle. Dans le solo « Cellule », elle pousse les portes de l’enfermement et se joue des miroirs. Un espoir de la danse hip hop à découvrir d’urgence le jeudi 3 octobre au CCN.

Nach est une jeune femme qui a rencontré le krump – de l’acronyme anglais KRUMP, Kingdom Radically Uplifted Mighty Praise – sur le parvis de l’Opéra de Lyon en 2005. Des rituels urbains sur les toits de la Porte de Montreuil, à l’affiche d’Éloge du puissant royaume du chorégraphe contemporain Heddy Maalem, Nach dit « explorer le territoire de ses clairs-obscurs intérieurs (…) et jouer avec l’ambiguïté de son corps androgyne, deux êtres qui conversent dans un même corps ».

© Raphaël Stora

Car, comme tous les krumpers, Nach est elle-même et son avatar, son personnage. Dans son solo Cellule, enfermée, elle s’évade évoquant les films de David Lynch mais aussi les travaux autobiographiques de photographes comme Francesca Woodman, Nan Goldin ou Antoine d’Agata. Des projections vidéos habillent les murs de cette cellule par des jeux de gros plans sur des corps enlacés.

Du krump, danse très codifiée et hiérarchisée née à Los Angeles dans les années 2000 suite à des émeutes raciales, Nach présente une version personnelle, libérée du passé mais fidèle aux anciens du mouvement dont le journaliste Thomas Hahn de DANSERCANALHISTORIQUE dit de sa première création : « Cellule dessine un autoportrait sensible et émouvant, plein de maturité personnelle et artistique. Nach danse telle une clé, tournant dans la serrure de la maison krump, pour ouvrir de nouvelles portes. »

INFORMATION PRATIQUES : https://www.ccnlarochelle.com/nach-artiste-compagnonne-du-ccn/

Laisser un commentaire