Le Gaburon, table traditionnelle d’humeur marine

PUBLI REDACTIONNEL – Bonne table dans un cadre exceptionnel, Le Gaburon, nouvelle adresse surplombant le Bassin des Chalutiers, n’a pas perdu de temps pour entrer dans le cercle fermé des restaurants qui comptent à La Rochelle. Présentation d’un lieu gourmet et gourmand qui fait la part belle aux produits de la mer et aux échappées exotiques.

De la terrasse du restaurant Le Gaburon, situé place des Coureauleurs en plein cœur du Gabut, on admire la vue panoramique qui offre au regard Bassin des Chalutiers, Aquarium et un plus loin Musée Maritime de La Rochelle. « Je suis tombé amoureux de ce spot, confie Yves Minot directeur de l’établissement. Il est pour moi un des plus beaux de la ville … et il s’y passe tellement de choses à l’année. »

Amoureux de la mer et de la voile, Yves Minot a encré son établissement dans la cité maritime il y a maintenant huit mois. Précédemment et pendant vingt-cinq ans à la tête du Flandres, un des dix meilleurs restaurants du Pays royannais, il a repris ce commerce de près de 300 m2, ex-QG des groupes de l’Aquarium avec en tête un challenge : « créer un restaurant traditionnel d’humeur marine »

L’humeur marine, le décor extérieur s’y prête largement. Quant à celui intérieur il est au diapason. Les 70 couverts qui s’y dressent (sans compter les 40 de la terrasse) incarnent parfaitement l’ambiance d’un paquebot. Le parquet ciré, les larges baies donnant sur le port, le piano à queue qui ajoute une incontournable chicissime touche nécessaire à toute croisière. Les murs accueillent, eux, des écorchés, dessins en coupe latérale qui reproduisent dans d’infimes détails les paquebots d’antan : « Ces affiches sont toutes droits sorties du fonds documentaire de la Compagnie Générale Maritime du Havre ! » précise le maître à bord.

Car avant d’être restaurateur, Yves Minot évoluait dans la production audiovisuelle. Une activité qui l’a amenée à réaliser de nombreux films notamment sur l’univers de la mer, des paquebots mais aussi de la gastronomie. « Je suis venu sur le tard à la cuisine mais je m’y suis toujours intéressé. Lors de mes voyages, j’aime suivre des cours de cuisine. En Asie du Sud-Est notamment. Je reviens ensuite avec pleins d’idées. Je ne suis pas technicien mais je participe à l’élaboration de la carte donc je soumets toutes mes idées à mon chef et nous voyons ensemble comment les concrétiser. »

Ainsi dans la brève mais efficace carte du Gaburon, on devine les influences asiatiques comme cette lotte à la sauce thaï à base de coriandre, ce tandori mais aussi les coups de cœur du patron et de son chef : « J’ai un faible pour la cuisine basque qui tend à la légèreté avec ses réductions d’herbe. François, mon chef, lorgne plus du côté de l’Amérique du Sud et aime à proposer du ceviche, du poisson cru … »

François n’est autre que le fils d’Yves. Un professionnel jeune et déjà aguerri au métier après avoir étudié à l’école hôtelière de La Rochelle puis été chef du très côté Les Cuisiniers à Munich et celui du El Nacional à Bordeaux, dans le quartier des Chartrons. Le père précise : « J’ai imaginé cet établissement, le dernier que je créé, pour mon fils. Il le reprendra à mon départ. Pour cela je lui ai équipé une très belle cuisine avec des outils performants comme un Pacojet dernier cri qui nous permet de réaliser de succulents sorbets et glaces. »

Car au Gaburon, tout est fait maison … à l’exception du pain qui arrive de L’Ami du Pain, cette micro-boulangerie rochelaise, une des plus petites au monde si ce n’est la plus petite. Le reste des produits,  frais et régionaux, mise sur la saisonnalité : la carte évolue ainsi sans cesse au gré des arrivages des fruits, légumes et poissons. Yves précise : « Je m’adapte aux saisons et aux différentes pêches locales. Celle du maigre comme du petit rouge barbé de La Cotinière … »

Cet été, passée la période d’ouverture où il s’agissait de se faire connaître, le restaurant traditionnel d’humeur marine s’est fait une place parmi les près de 500 restaurants que comptent la ville : « Nous sommes nombreux sur la ville mais sur ce créneau précis qu’est le nôtre, nous sommes peu et du coup Le Gaburon a été vite repéré. C’est sans doute pourquoi il tend à trouver aujourd’hui son rythme de croisière. » s’enthousiasme le restaurateur qui entend aussi développer l’accueil de repas pour séminaires et entreprises, à l’image de ce cocktail dînatoire organisé début octobre pour 120 personnes, à destination d’études notariales locales. « En cuisine, mon Chef et ses 4 employés se sont activés pour servir un excellent cocktail qui comptait notamment un délicieux sorbet au basilic… » se remémore Yves.

À compter du vendredi 18 octobre, la vaste et lumineuse salle du Gaburon sera animée par un récital de piano joué par une professeure du Conservatoire de La Rochelle, et ce tous les vendredis. « La musique résonnera aussi pour la Saint-Sylvestre puisque Le Gaburon organisera un menu dégustation suivi d’une soirée dansante. » signale Yves Minot. Le Gabut voit ainsi un nouvel établissement animé son quartier. Un quartier qui « n’a eu de cesse d’évoluer ces derniers années » souligne le patron qui se rappelle encore les mises en garde de certaines personnes lors de son implantation dans le quartier mais aucun regret pour lui : « La Belle du Gabut a fait retraverser le pont aux rochelais, quoiqu’on pense de cette Guinguette, la rénovation des alentours du quartier a fait s’installer de nombreux commerces de bouches et débits de boisson. Je me sens bien ici ! J’ai été bien accueilli par mes confrères qui ont participé au beau début de mon restaurant via un bouche à oreilles positif. »

Un bouche à oreille qui résonne fort et bien au-delà des quais qui bordent l’établissement, assurément une des tables les plus prometteuses prochainement sur La Rochelle.

Publi-rédactionnel rédigé par Cédric Chaory

MENU : http://www.legaburon.fr/menu/carte-restaurant-la-rochelle-sur-le-port-du-gabut
INFORMATIONS PRATIQUES : http://www.legaburon.fr/

Laisser un commentaire