Le Barrio et les cultures urbaines

CULTURE URBAINE – Le Barrio est une association rochelaise qui assure la promotion et le rayonnement des cultures urbaines à La Rochelle et ailleurs. Rencontre avec Justine Aldana, fondatrice de l’association.

Parlez moi de vous ?

Je m’appelle Justine Aldana, j’ai passé mon enfance et le début de mon adolescence à Blois, dans le Loir-et-Cher. Une ville où l’Art Urbain a toujours été un mouvement culturel important et vivant. Battle danse, Djing, rap, graff, beatbox, tout se passait dans les quartiers nord de la ZUP la « PUZ » comme on aimait l’appeler. On « ridait » les studios à Pôle Nord, les concerts au chat’o d’o, les Ramdam et les battle à La Maison de Bégon. J’ai toujours baigné dans la culture urbaine, j’ai grandi avec des rappeurs, graffeurs, dj… Mon équipe de l’époque c’était « ARABICA STAFF » on était nombreux, il y avait le leader Mounaiïm aka Naxmo, Nech, Le Tangérois, Dj lakoustik, Krema et tous les autres… J’ai passé beaucoup de temps dans les studios à écouter des sons, je me suis souvent prêtée au jeu de l’écriture, j’ai passé du temps à regarder des artistes graffer, danser (j’ai toujours eu un pied sur la piste), c’était le feu à cette époque. Il y avait du partage, des rires, du joli bruit, on créait, on s’amusait mais c’était sérieux. On formait une belle grosse famille.

Puis j’arrive à La Rochelle à 16 ans. Mon objectif : visiter les quartiers à la  recherche des hip-hoper. C’est au lycée Jean Dautet que je fais LA rencontre, une super nana, Alix Vidoire, elle danse!!! Elle m’emmène avec elle à Mireuil, quartier ouest de la ville. J’y découvre l’Astrolabe, « mon Pôle Nord et ma Maison de Bégon à moi réunis dans un même lieu » : le bonheur absolu !  Et là, au milieu de toute cette mouvance, Alix & moi faisons du break dance avec toute la clique, presque tous les jours. Le plus important : toujours danser sur les dernières nouveautés musicales que nous dénichons Alix et moi, nous y passons nos soirées, c’est notre passe temps à toutes les deux. Mes potes Dj nous appellent pour intégrer la crème de la crème dans leur SET. On fête…  

Je m’éloigne ensuite de La Rochelle quelques années pour voyager. A mon retour en 2014 je retrouve Alix et Tarik tous deux fondateurs du Collectif Ultimatum. Ils ont structuré et créé l’école de danse Hip-hop « L’atelier du Collectif Ultimatum » dont je deviens coordinatrice. 

©Epéo

Vos premiers pas dans l’organisation artistique ?

Consciente de la scène graff rochelaise, je me rapproche de Sery et Kebz que je connais depuis la création de leur association Lord of Rupella Design. LAvec Alix Vidoire, nous organisons en 2014 une exposition collective à L’Atelier, lieu d’exposition, avec les graffeurs : Sery, Epéo, Bacent, Ynoxe et Lule Pi, gros succès pendant trois semaines… 

De cette exposition naquit mon amitié avec Epéo, un artiste de talent. Séduite par son travail et son univers, notre collaboration commença dès lors. Ensemble pendant cinq ans nous travaillons en binôme et mettons en place des projets culturels et artistiques, principalement autour du graffiti et du DJing. 

Je deviens rapidement la passerelle entre les artistes, les associations et les institutions, je fédère autour d’actions culturelles et professionnalise les artistes avec lesquels je travaille. 

Comment et pourquoi s’est créée l’association Le Barrio ?

Après cette expérience, grâce à l’agence artistique Aldana que j’ai créée en juillet 2014, je développe mon envie de transmettre les valeurs et la richesse du hip-hop à la jeunesse à travers la mise en place de nombreux ateliers, shows, rencontres, etc.

La création de l’association Le Barrio se fait en 2016. Elle vient de ma rencontre avec le collectif Los Niglos qui s’avère être un vivier de talents. Beaucoup de projets sont envisagés et ma collaboration avec les rappeurs du collectif donne naissance à l’album RITA. Ce projet est une réussite aussi grâce au soutien financier de privés comme Gaston, La Station et la Sirène. Une tournée de 10 dates est organisée en France. Afin de faciliter la diffusion de l’œuvre auprès des institutions, le leader du collectif Los Niglos Neal L’Apache et moi-même fondons l’association Le Barrio Art & Culture.

Ce projet engendre une émulation et réunit les acteurs de la culture urbaine à La Rochelle. Depuis nous menons conjointement des événements et des ateliers avec l’association LORD et d’autres partenaires locaux. 

Pochette album Rita Los niglos

Quels sont les axes et missions de l’association ?

Un des buts premiers est de développer des ateliers de pratiques artistiques, autour de la musique avec le DJing et le rap, ainsi qu’autour du graffitti, de la danse, du skate … L’idée étant d’amener le graffiti et le Hip Hop là où on ne l’attend pas.  L’association a aussi pour but de promouvoir les artistes, de faire émerger les talents et de les professionnaliser.

Nous organisons des ateliers de transmissions dans la continuité de ce que je fais  avec mon agence artistique. Les ateliers graffitis se font principalement avec des artistes comme Sabri, Epéo, Neal, El Peon, Möka, Sery

Nous souhaitons développer des partenariats et rayonner sur tout le territoire, mettre en place des échanges culturels avec d’autres structures. J’aimerais aussi développer le volet conférences avec des débats autour des cultures urbaines. Le Barrio Art & Culture est une plateforme de promotion d’artistes, un détecteur de jeunes talents que l’on accompagne vers la professionnalisation.

Vos réalisations et  participations ?

Nous sommes producteurs de manifestations culturelles locales et nationales. Nous avons collaboré avec des Ephad, des écoles, collèges, lycées, centres socio-culturels de La Rochelle et son agglomération, toutes les médiathèques de La Rochelle, le centre pénitentiaire de Saint-Martin-de-Ré, la prison de Rochefort… Hors départements avec des écoles d’Indre-et- Loire, du Loir-et-Cher, des festivals, des graffitis jam, des expositions privées et publiques, des performances à Bordeaux, Toulouse, Paris, New-York. 

Nous participons régulièrement à des événements comme par exemple le Muséum d’histoire naturelle de La Rochelle, Fest’Hip Hop d’Aytré, la galerie XinArt, etc.

Nous proposons également des décorations sur commande, pour des fresques murales en intérieur ou extérieur.

Des envies ?

Nous invitons beaucoup de graffeurs nationaux et internationaux… J’aimerais que nos graffeurs rochelais soient plus souvent invités tant en France qu’à l’étranger. Maître-mot : échanges culturels. Nous souhaitons offrir un véritable partage et l’ouverture sur une culture encore méconnue, pour tous et gratuitement. Le Barrio c’est l’union de nombreux artistes et organisateurs bénévoles qui créent cette effervescence autour du hip-hop.

Nous réalisons une médiation sociale et culturelle envers tous les publics, dans les quartiers et les campagnes, dans une dynamique de cohésion sociale. Le réseau hip hop est une source inépuisable et nous allons nous en servir !

Graff ©YOSE NEAL LOS NIGLOS

Un dernier mot ?

A 38 ans et avec l’expérience qui m’est propre, je m’estime heureuse d’avoir pu connaître une culture aussi complète au niveau de ses origines stylistiques, culturelles, de ses instruments atypiques, de ses sous-genres, de ses genres dérivés et associés. Quelle joie de faire partie de cet univers duquel on ne peut se défaire une fois qu’on y a mis le pied.

Je rêve d’un événement annuel regroupant toutes les associations de cultures urbaines  porté, appuyé et soutenu par la Ville de La Rochelle. 

Propos recueillis par Dominick Pagès – Marguerite La Rochelaise

Suivez l’actualité du Barrio sur sa page Facebook

Laisser un commentaire