« Et Pis Taf » de Lamisseb, à mourir de rire

BANDE DESSINÉE – 6 ans après Et Pis Taf, Lamisseb, auteur de bande dessinée rochelais, publie le tome 2 d’une série à l’humour bien trempée. Interview de l’artiste.

Vous publiez la suite de votre BD Et Pis Taf, parue il y 6 ans voire même 10 si on s’en réfère à la toute 1ère version. Pourquoi tant de temps entre les deux tomes ?

Tout simplement car j’en ai eu la possibilité. Je suis publié chez un petit éditeur – Nats Édition – qui ne m’a jamais mis la pression. J’ai donc eu tout le temps de lisser ce second tome d’Et Pis Taf, de le réaliser à mon rythme, de laisser les idées venir à moi. Et puis ces six années furent aussi bien remplies par mes autres activités : mes ateliers pour les enfants, en entreprise ; mon travail d’illustrateur ; ma chronique hebdomadaire dans Sud Ouest … Tout cela m’a beaucoup occupé.

Pourquoi un second tome ?

Dès le bouclage du premier tome d’Et Pis Taf, je savais déjà que j’en publierai un autre. Au fil des années j’ai progressé dans mon dessin, dans ma façon d’écrire. Ce tome 2 est visuellement très différent du premier. Précédemment les histoires se déroulaient en bande tel un comic-strip ; le tome 2 propose, lui, un format carré. Cela s’en ressent dans le rythme, les chutes. Sur le fond par contre, nous sommes sur la même thématique : la mort.

Justement d’où vous est venue l’idée de rire ainsi de la mort ?

À l’âge de 10 ans, je me souviens avoir lu le Top 10 des épitaphes les plus drôles et de m’être dit qu’il serait drôle d’imaginer l’histoire qui a précédé ces décès. Je me suis attelé à la réalisation de 3-4 planches et j’ai adoré faire cela : imaginer la mort absurde que cela a pu être, la mettre en scène graphiquement, imaginer le nom du défunt, toujours sous forme de jeux de mots humoristiques…

Et Pis Taf  est un concentré d’humour absurde. Un genre que vous maîtrisez parfaitement …

J’aime tous les humoristes qui pratiquent ce type d’humour, tout comme l’humour noir. Et Pis Taf a beau aborder un sujet tragique, j’ai beau y mettre en scène des situations bêtes, dangereuses et au final dramatiques, je ne verse jamais dans le gore, le trash. Vous ne verrez pas d’éclats de sang dans la BD.

D’après vous, peut-on rire de tout ?

Est-ce qu’on peut le faire sans prendre de risques, j’en doute … mais doit rire de tout : oui ! Nous ne devons pas nous poser de limites. Je suis profondément atterré et enragé par toute cette violence autour de dessins, de caricatures.

Vous avez embrassé aussi d’autres thématiques, très diverses d’ailleurs comme la musique bretonne ou la violence dans le sport…

Effectivement j’ai eu l’opportunité de réaliser une bande dessinée sur le duo de musiciens bretons Rhum&Eau par l’entremise de la maison d’édition Chemin Faisant. Ces artistes sont très drôles et sur la base d’anecdotes qu’ils m’ont raconté j’ai imaginé toute une histoire les mettant en scène dans des situations assez cocasses.

J’ai également eu le plaisir de publier Les Champions du Fair-Play. On peut apparenter cette bande dessinée à un travail de commande mais ce terme est bien trop connoté commercial par rapport au vrai projet humain que fut la réalisation de cette œuvre. Il s’agissait de distribuer cette BD aux élèves de La Rochelle et alentours pour les sensibiliser à la violence dans le sport. J’avais pour matière tous les entretiens effectués auprès d’élèves de collèges, de jeunes licencié-e-s de clubs sportif locaux. Ils m’ont exprimé ce qu’ils ont vu, entendu, vécu …

Autoportait-caricature de Lamisseb

Vous êtes l’auteur de La Mouette Rieuse que les lecteurs de Sud Ouest connaissent bien. Le dessin de presse est encore une autre manière de travailler, non ?

Complètement. Depuis 4 ans, je dessine sur l’actualité locale. Le cadre est très précis puisque je dois me faire l’écho d’une actualité bien souvent politique. Il y a des contraintes qui sont parfois très créatives. Enfin je l’espère.

Si pour Et Pis Taf j’ai pris tout mon temps, le dessin de presse, lui, n’attend pas. Aidé par la rédaction, je choisis un sujet et rebondis dessus. Il est très rare que ce soit moi qui soumette le sujet car Sud Ouest est bien mieux informé que moi sur l’actualité qui saura séduire et distraire son lectorat.

À la toute fin du tome 2 d’Et Pis Taf, vous remerciez chaleureusement ceux qui vous ont soutenu, notamment votre famille mais aussi un certain Fane. Qui est-ce ?

Fane est un illustrateur qui a notamment signé les tomes 2 à 6 de la bande dessinée Joe Bar Team, culte chez les motards. Quand j’étais adolescent, Fane vivait au-dessus de chez ma tante. Je suis allé le rencontrer un jour et il m’a montré ses planches en cours, donner des tuyaux pour les perspectives. Je dessinais déjà à l’époque et de l’entendre parler de son art m’a émerveillé. J’ai le sentiment que cette rencontre a été décisive pour moi. Qu’elle a ancré un rêve.

Propos recueillis par Cédric Chaory

ET PIS TAF ! – Tous fauchés (tome 2) – Nats Éditions. Paru le 26 octobre 2020-11-06

PLUS D’INFORMATIONS : http://www.lamisseb.com/