La Fabrique du Vélodrome se réinvente avec le « 4 de la rue »

FESTIVAL – Julia Douny, Martine Fontanille et Maud Glomot, trois artistes rochelaises, lancent dès lundi 10 février et pour une semaine un mini festival pluridisciplinaire placé sous l’égide du vivre ensemble. Danse, théâtre, musique, conte, art plastiques et bonne bouffe … le compte est bon : tout y est !

Aux origines du 4 de la rue

Martine Fontanille, metteure en scène Cie Haute Tension : Il y a plus de deux ans, Julia a poussé la porte de la Fabrique. Elle venait d’arriver à La Rochelle et habitant le quartier l’endroit lui avait tapé dans l’œil. Elle s’est présentée, m’a parlé de son travail de conteuse et tout de suite m’a proposé une collaboration sous forme de projet de mutualisation de compagnies. Cela m’a instantanément réveillé car depuis des années, j’étais moteur de nombreux projets et actions et j’arrivais à un moment de saturation. Très rapidement, Maud a rejoint l’aventure du 4 de la rue. Nous l’avons appelé ainsi car nous sommes situées au 4, rue du Vélodrome. Mais aussi car nous sommes 3 artistes à soutenir le projet mais totalement ouvertes à ce qu’un-e quatrième rejoigne l’aventure. La Fabrique a toujours eu sa porte ouverte, il y a toujours une quatrième part …

Si l’Inde m’était contée – Karine Salmon ©DR

Une fois le projet rédigé, nous l’avons soumis aux diverses tutelles que sont la Mairie, le Conseil départemental dans le but qu’il soit validé et financé. Le 4 de la rue est la Fabrique du Vélodrome telle qu’elle pourrait être à l’année si elle était animée par 3 compagnies rochelaises, accueillant des résidences, des ateliers de théâtre, des lectures, des stages autour de l’artisanat, etc … Un vrai lieu de vie tenue par des créatrices.

Les tutelles tardant à valider le projet et comme nous sommes de nature impatientes, nous avons décidé de lancer le 4 de la rue en format festival d’une semaine. Il s’agit là d’un prologue, d’une préfiguration de ce que pourrait être La Fabrique. Le public pourra ainsi dès la semaine prochaine éprouver l’expérience.

Mutualisation, partage … ensemble

Julia Douny, metteure en scène Cie O Tom Po Tom  : Le 4 de la rue est une vraie philosophie du partage. Pour nous artistes, les échanges, les regards, les retours sur une œuvre en création ou finalisée sont précieux. Il faut s’essayer, travailler ensemble. Nos trois compagnies qui imaginent collaborer au sein de La Fabrique du Vélodrome ont besoin de ces échanges, de ces circulations entre elles et les oeuvres.

Un Tantinet Givré – O Tom Po Tom ©DR

Mais c’est aussi valable avec le public. Nous souhaitons vraiment que la Fabrique soit un lieu qui permette aux spectateurs d’appréhender la création en cours à travers des sorties de résidences, des accès à des répétitions, des temps de lecture. D’ailleurs cette volonté de partage va se concrétiser pendant le festival car toutes les entrées du jeudi 13 seront gratuites en échange de nourritures « terrestres » et liquides apportés par le public.

Nous avons également la présence d’un café réparation animé par la Brasserie des Objets qui multipliera les ateliers de réparations et d’apprentissage à l’auto-réparation. On pourra faire revivre son petit électro-ménager et même apprendre à faire un ourlet !

Petites nouvelles du désert – Maud Glomot

Et puis toujours dans un esprit de partage et de convivialité, tous les soirs (sauf le jeudi) nous nous retrouverons au bar autour d’une bonne bière artisanale Beun’aise ou de la sélection de bons vins bios ou naturels par les soins des Coudées Franches.

Une programmation pluridisciplinaire

Maud Glomot, metteure en scène Cie La Valise de Poche : Le 4 de la rue joue la carte de la pluridisciplinarité en proposant de la danse hip hop (IndifférensembleCie Ayak’Cha)  et indienne (Si l’Inde m’était contéeKarine Salmon) le mardi 11. Le lendemain les enfants sont à la fête avec la programmation d’ Un Tantinet Givré de la compagnie O Tom Po Tom dirigée par Julia. Ce spectacle mêle théâtre, conte, chanson et musique. À sa suite la compagnie ATI propose un atelier de jeu burlesque et clownesque. Le jeudi 13 la compagnie Haute Tension dirigée par Martine va dévoiler au public des extraits de ses deux prochaines créations : Hôtel Problemski et Tamalou. Toutes les 3, nous proposerons ensuite des lectures dans une soirée-surprise intitulée Ouverture sur la nuit.

Tamalou – Martine Fontanille ©DR

Le week-end approchant, ma compagnie jouera le vendredi Petites nouvelles du désert soit la rencontre improbable deux femmes en plein cœur du désert autour d’un arbre de Noël. À 21h, les compagnies La Terre qui penche et Café Blanc proposeront une soirée consacrée à la poésie de Fadwa Souleimane. Enfin le samedi Les 4 femmes, pièce de Sylvaine Zaborowski, sera le temps fort de la journée. On clôture le festival avec un concert festival acoustique … mais dès le dimanche les plus valeureux pourront participer au stage de théâtre en famille animé par Julia.

Propos recueillis par Cédric Chaory

INFORMATIONS PRATIQUES : http://www.compagnie-haute-tension.com/index.php/actualites/58-programme-le-4-de-la-rue

Laisser un commentaire