La Chapelle Saint-Vincent, écrin de recherche et d’expérimentation chorégraphique

DANSE – Tour d’horizon des évènements chorégraphiques qui vont rythmer la saison 20/21 de la Manufacture – CDCN Nouvelle-Aquitaine à La Rochelle.

Faits et gestes – Noé Soulier

Pour l’ouverture de sa saison rochelaise, la Manufacture accueille en son écrin Noé Soulier, chorégraphe récemment nommé à la direction du Centre national de la danse contemporaine d’Angers. Il y présente Faits et gestes, pièce portée par quatre danseurs exceptionnels où le chorégraphe s’attache à détourner le sens de certains gestes immédiatement reconnaissables pour en révéler des qualités motrices jusqu’alors invisibles. Le quotidien, ainsi réinterprété, perd toute sa trivialité pour devenir objet source d’inspiration. L’ensemble se présente comme une réjouissante rhétorique du geste, un jeu de composition chorégraphique à la fois savant et ludique qui embarque le spectateur. Faits et gestes est présenté dans le cadre de MM, Festival Musique et Mouvement à l’initiative de la musicienne niortaise Maude Gratton.

jeudi 8 octobre – 20h

Praxis # 16 – La Tierce  + Aline Landreau & Carole Perdereau

En novembre, La Tierce, compagnie en compagnonnage de La Manufacture, est une semaine durant en résidence à la chapelle. Une résidence spéciale qui permet à Séverine Lefèvre et Charles Pietri et leurs invitées – les chorégraphes Aline Landreau et Carole Perdereau – d’entrer dans un laboratoire de tentatives et de tâtonnements, d’écritures et de spéculations. Trois travaux seront montrés à l’issue de cette résidence. En partenariat avec le Centre Intermondes.

Vendredi 8 novembre – 19h30

La traverséeCie Maricha (premier regard)

Impulsé par programme « Engagement féminin » porté entre autres par la compagnie Auguste Bienvenue pour encourager et soutenir l’expression artistique féminine en Afrique, La traversée est la première œuvre des danseuses burkinabès Aïcha Kaboré et Miriam Traoré. Parole chorégraphique de femmes africaines, il y est question d’affirmation d’une sororité inaliénable entre ces deux femmes en dialogue, chacune avec ses émotions, son énergie, son passé, qui vont s’épauler et se soutenir pour affronter ensemble les péripéties, parfois douloureuses, de l’existence.

jeudi 3 décembre – 18h30

L’épouse – Rebecca Journo

Née de l’univers des marionnettes, L’Épouse s’éveille et se cherche loin du réel, dans nos fantasmes et nos cauchemars. Ce solo raconte un personnage, une mariée déchue dont le langage n’est que corps, tentant d’aller vers et de s’adresser à. Véritable rencontre avec le public, ce solo place la représentation de soi au coeur de cette marche nuptiale revisitée. A la croisée du spectacle et la performance, l’engagement total du corps, l’état de transparence face à l’autre sont continuellement remis en jeu afin d’inviter, d’impliquer l’interlocuteur dans cet univers fantôme.

vendredi 22 janvier – 20h

Soirée d’études – Cassiel Gaube

À la suite de son premier solo Farmer Train Swirl – Étude qui synthétise trois années d’immersion dans les milieux house parisien et new-yorkais, le jeune bruxellois s’entoure de deux street danseurs expérimentés – Yonas Perou et Federica Miani – pour explorer le riche vocabulaire du genre chorégraphique métissé qu’est la danse house. Une lecture technique et attentive qui n’est qu’un préalable à sa relecture audacieuse, cherchant à inventer des pas, diffracter des variations, ouvrir des possibilités, oser des articulations inédites.

Lundi 1er février – 18h30

Labo de recherche: Les tisseurs de nuit – Marcela Santander Corvalán

Marcela Santander Corvalán est l’artiste associée de La Manufacture en 2020. Celle qui avait ouvert la saison 2019 à La Rochelle avec Disparue propose cette fois-ci une rencontre avec le public pour y parler des Tisseurs de nuits, pièce pour 6 danseuses prévue pour le printemps 2022. Une pièce inspirée par « cette montagne dont les entrailles font l’étonnement et provoquent l’envie du monde entier », l’utopie puissante, portée par les révoltes chiliennes de l’automne 2019, férocement réprimées par la police.

Jeudi 25 mars – 18h30

I love soli : Ana Perez (Répercussions) et Leïla Ka (Pode Ser)

Soirée hors-les-murs et consacrée aux solo, I love soli permet la découverte des univers de deux femmes-chorégraphes à la technicité très affirmée … mais qui s’en libèrent avec majesté : la marseillaise Ana Pérez au flamenco hybride et Leïla Ka dans un solo rageur Pode Ser.

jeudi 27 mai – 21h00 – CRÉA – Saint-Georges-de-Didonne

Cédric Chaory

INFORMATIONS PRATIQUES : https://www.lamanufacture-cdcn.org/voir/saison-2019-20/la-rochelle/

Visuel de Une : Faits et gestes ©Chiara Valle Vallomini