Igreka2n : Laissez couper les petits papiers.

EXPOSITION – Yann Conan aka Igreka2n expose pour la première fois en solo ces paper-cut, foule sentimentale de gueules cassées et pépettes vintage. Aliénor était au vernissage du 15 février à l’Atelier Bletterie et en a profité pour recueillir quelques explications sur son art aussi virtuose qu’inspiré.

Dans l’Atelier Bletterie, une petite centaine de portraits accueille le curieux venu découvrir la première exposition de l’artiste rochelais Igreka2n Pa-Per-cut, composé de pochoirs, de sérigraphies, de risographies et de typographies.

Une poignée de portraits bien trempés que l’artiste explique ainsi : « J’ai toujours été attiré par les tronches atypiques comme celles de Lemmy Kilmister de Motörhead ou du DJ Arnaud Rebotini que vous voyez sur ce mur, mise en scène avec des cassettes. Les gueules cassées, les visages vintage style années folles, les tatoués, les rock-punk… Créer ce genre de visages très marqués n’est pas si simple. Une fois le nez, la bouche et les oreilles esquissées il me faut trouver des éléments qui me rendent le personnage particulier. »

Armé d’un scapel ergonomique développé par une entreprise américaine, Yann Conan consacre de nombreuses heures, « au calme, pour (se) détendre auprès le boulot de graphiste » à ses pochoirs. « Selon les motifs exécutés, un paper-cut me demande plus ou moins de temps. Dès que tu t’attelles au détail d’une coupe de cheveux, du dessin d’une rose, de cicatrices complexes, d’un serpent ou perroquet sur une épaule, l’affaire se complique » L’idée de mettre en scène ces dentelles de papier lui est venue il y a deux ans. « Mes enfants sont aujourd’hui grands et je peux donc à nouveau me consacrer à mes activités artistiques délaissées au sortir de ma formation en agence de publicité à Nantes. Au départ je réalisais des pochoirs avec l’objectif de les bomber mais j’ai trouvé que l’objet en soi était une œuvre et méritait d’être mis en valeur ».

Pour cela, Igreka2n utilise des planches de bois pour faire contraster la blancheur du papier et ressortir le personnage. Pour cette exposition, il a investit dans 80 planchettes de bois recyclés aux couleurs et matières différentes : « J’utilise tel ou tel bois en fonction du personnage. Ce n’est pas toujours possible mais certaines gueules cassées s’accommodent parfaitement d’un bois rare comme l’orme, essence tourmentée avec des nœuds expressifs. »

À  cette foule interlope fait face d’autres œuvres : quelques portraits sérigraphiés, une risographie (technique d’impression bien  particulière), deux grand portraits découpés au laser et une série de collab’ qui met en avant le travail d’autres artistes rochelais. Dans un cadre de bois et sous les pochoirs de Yann, se retrouvent les photographie, collage, huile, fusain et artisanat d’art en impression de Ruliano des Bois, Flore Kunst, Marie Monteiro, Roupias, Valérie Brulev, Inkree Atelier et Musta Fior. Manière de faire participer les potes d’Igreka2n à cette première exposition réussie et visible jusqu’au 2 mars.

Cédric Chaory.

INFORMATIONS PRATIQUES :  https://www.atelierbletterie.fr/

Laisser un commentaire