Give me five la French New Wave Week

MUSIQUE – Ce week-end se déroule la 5ème édition du désormais traditionnel rendez-vous de la French New Wave Week à La Sirène, en partenariat avec Le Chantier des Francos et La Fabuleuse cantine, temps fort qui fait la place belle aux artistes de demain, croise les esthétiques et invite à braver les frimas de l’hiver dans la chaleur des salles de concerts. Interview de David Fourrier, directeur de la Sirène.

Pomme, tête d’affiche de la 5ème édition de la French New Wave Week, a fait sensation aux Victoires de la Musique vendredi dernier. Un petit mot sur sa consécration ?

Je suis très content pour Pomme car cette Victoire est tout à fait méritée. Cette jeune artiste propose avec Les failles un album totalement en phase avec son époque et, à mon envie, un des mieux sentis de l’année. Les autres artistes sélectionné-e-s étaient tout aussi recommandables. Et puis forcément pour la médiatisation de cet opus qui vient de paraître et pour son passage à La Sirène dans le cadre de cette édition de la French New Wave Week, c’est une excellente nouvelle !

Que pensez-vous de ce rendez-vous annuel des Victoires de la Musique ?

Très sincèrement, ce genre de rendez-vous ne me correspond pas vraiment mais je comprends tout à fait le besoin de la profession de se retrouver à l’occasion d’une Grand’ messe. C’est un spectacle populaire au final qui permet à de nombreux artistes de jouer en live devant de nombreux téléspectateurs. Je pense là à Malik Djoudi qui a pu défendre un titre de son magnifique album Tempéraments … Si ce rendez-vous peut aussi permettre de vendre des disques, c’est très bien. Après il m’apparaît quand même très délicat de départager des œuvres artistiques. Pour le sport, c’est beaucoup plus simple : tu franchis le premier la ligne d’arrivée, tu es sur le podium; tu gagnes un tie break tu emportes un point au tennis … mais pour une œuvre musicale ?

Quel serait le set le plus Chanson Française de cette French New Wave Week ?

Si on l’entend au sens Nouvelle Scène Française, mon cœur balance entre Arthur Ely que je trouve très chanson française, quand bien même il y insuffle beaucoup de libertés et Martin Luminet avec son écriture très classique et son vrai souci d’équilibre entre le musique et le texte.

Le set le plus hip hop ?

Si je m’en réfère au phrasé, P.R2B, avec sa scansion des textes un peu complexe, nous rapproche du hip hop. Mais vous répondre est peu aisé car la chanson urbaine a beaucoup évolué, elle s’est terriblement métissée. Les frontières entre la chanson française classique et le hip hop sont désormais très ténues, dans la manière d’envoyer le texte j’entends.

Le set le plus rock ?

Indubitablement Serpent qui est le nouveau projet de Lescop, très emprunt d’un rock 80-90’s, new-yorkais, à la Talking Heads. C’est super énergique, très rythmé !

Et le set le plus électro ?

Je dirais Jardin … et puis Dampa aussi, pour mettre en avant nos artistes locaux mais la voix d’Angeline emprunte à tellement d’univers qu’on peut parler de concert soul pour Dampa … Angeline a une voix tout terrain.

French New Wave c’est aussi une exposition ?

Tout à fait. Frank Loriou va proposer une trentaine de ces photographies d’artistes. Il est connu pour avoir signé des pochettes d’albums de nombreux artistes français. Je peux vous citer Jean-Louis Murat, Dominique A, Yann Tiersen, Manu Chao, Olivia Ruiz, Miossec, Thomas Fersen. Bon nombre de ses pochettes sont devenues iconiques. Il a beaucoup travaillé avec la jeune scène française donc cela faisait vraiment sens de proposer cette exposition à l’occasion de la French New Wave. Il a aussi shooté, une année, tous les artistes du Chantier des Francos. Nous allons proposer ses œuvres dans un format carré (48X48), et nombreux sont les artistes qui ont foulé les planches de La Sirène …

Propos recueillis par Cédric Chaory.

Visuel de Une fourni par La Sirène : ©Marta BEVACQUA

INFORMATIONS PRATIQUES : http://www.la-sirene.fr/prog/