Echo-Mer, l’association qui écoute sa mer !

ENVIRONNEMENT – Estelle Trommenschlager, chargée de mission au sein d’Echo-Mer, explique les nombreuses (et belles) actions mises en place par l’association rochelaise. Où il est question de revalorisation des déchets maritimes, de nettoyage du vieux port et d’économie circulaire.

Echo-Mer, voilà un bien joli nom pour une association de protection de l’environnement …

Je suis d’accord. Notre association a vu le jour en 2001. David Beaulieu en est le fondateur. À la suite de ses traversées de l’Atlantique, il a reçu, comme il le dit lui-même, « un écho de la mer » lui intimant de la protéger de toutes les pollutions. Echo-mer a aujourd’hui deux axes majeurs : la valorisation des matières (poche à huîtres, voile, bouchon de liège, néoprène) et la pédagogie via des actions de sensibilisation auprès de scolaires et du grand public (balades écocitoyennes, animations d’ateliers, les sorties « Épuise ton déchet » …).

Plusieurs de nos actions sont soutenues par la Région Nouvelle-Aquitaine, l’ADEME, la CDA de La Rochelle. Nous recevons aussi des dons, tout comme des apports financiers de nos adhérents et du Crédit coopératif. Sans oublier l’argent récolté des ventes de nos produits recyclés. Aujourd’hui nous sommes 4 salariés : David, Laure chargée de mission sur la DEA (démarche environnementale en Atlantique) et Nathalie, chargée de mission sur le projet liège et moi-même.

En 20 ans, l’association a connu diverses étapes dans son développement. Nous avons commencé par la lutte contre les pesticides et les sacs en plastique, sur l’île de Ré notamment. En 2012, nous avons développé nos actions dans le recyclage de bouchons de liège sans oublier la valorisation des déchets ostréicoles sur les îles de Ré et Oléron.

Plus récemment en 2018, dans le cadre de la Démarche Environnementale Atlantique, nous avons conçu et édité sur support dibon une quinzaine de visuels. Ils ont été déclinés en panneaux signalétiques déposés dans les principaux ports de plaisance de Nouvelle Aquitaine. Ils incitent à la valorisation des déchets. 8 des 15 visuels ont été déclinés sous forme de cartes postales, mises gracieusement à la disposition des plaisanciers dans les capitaineries concernées. Ces cartes ont également été distribuées lors de certains évènements (Fête du Port St Denis d’Oléron, Salon Nautique d’Arcachon, Nautic de Paris, etc.)

Gamme des produits Echo-mer

Le public concerné est-il sensible à ces messages ?

Je dirais qu’à La Rochelle, le public est relativement sensibilisé et concerné. D’autres plaisanciers peuvent être plus ou moins à l’écoute. Il reste encore du chemin à faire pour que le message soit entendu. Il faut savoir que les plaisanciers peuvent consommer beaucoup de produits toxiques, notamment avec les produits d’entretien ménagers. Nous prêchons la bonne parole sur ce sujet et nous commençons à voir des effets. Il existe aujourd’hui des stations spécifiques sur les ports de plaisance entièrement destinées au nettoyage domestique des bateaux.

Vous prêchez aussi la bonne parole auprès des scolaires et du grand public, comme vous le disiez-vous en préambule …

Oui et pas seulement. Nos balades écocitoyennes sont organisées à destination des vacanciers ou d’entreprises qui souhaitent sensibiliser leurs salarié-e-s à notre cause. Elles durent entre une heure et demie et deux heures et les retours du public sont très enthousiastes car il dit apprendre beaucoup.

Les balades écocitoyennes sont organisées depuis 2005 autour du Bassin des Chalutiers et du plaeau nautique, en collaboration avec le port de plaisance de La Rochelle. Chaque année une douzaine de dates sont proposées gratuitement au public entre avril et octobre.

Une de vos actions les plus « visibles » est Épuise ton déchet. Pouvez-vous nous la présenter ?

Plusieurs jours par semaine, nos adhérent-e-s* qui le souhaitent viennent nettoyer les bassins du Vieux-Port. Armé-es d’épuisette, ils et elles pêchent les déchets à la surface de l’eau. Nous avons environ 80 bénévoles dont un noyau dur d’une petite vingtaine qui se rassemble notamment les premiers samedis du mois. Cette action nous est chère car c’est la plus visible de toute. Les passants nous interpellent parfois pour savoir ce que nous faisons, pour nous féliciter. C’est alors le moment pour nous de les sensibiliser à cette pollution terrestre qu’on retrouvera inexorablement dans la mer.

Des bénévoles en pleine action « Epuise ton déchet »

Que faites-vous des déchets récupérés dans les bassins ?

Nous les transférons dans les bennes à déchets qui se situent à chaque entrée des bassins. Nous ne pouvons malheureusement pas les valoriser car ils sont agglomérés d’algues et autres micros plastiques.

Vous vous rattrapez cependant avec de nombreux autres matériaux …

Effectivement. En premier lieu les bouchons de liège. Cette action fonctionne de plus en plus. Nous essayons de la massifier en développant les points de collecte : auprès des cavistes, des viticulteurs mais aussi des restaurants et bars (161 en tout !)[1] . Entre la CDA, les îles environnantes et de la CARO nous avons aujourd’hui plus de 300 points de collecte. Nous les stockons dans un conteneur derrière l’Espace Encan. Sur l’année 2019, 2,08 tonnes de bouchons ont été récupérées et transformées en granulat par l’entreprise OVIVE de Périgny à proximité de la Rochelle. À noter qu’1 kg de bouchons de liège équivaut à 260 bouchons !

Le broyat obtenu sert ensuite à l’isolement thermique et phonique pour les particuliers. À ce jour, 12 maisons d’habitation ont pu être isolées. Nous sommes en train de réfléchir à l’isolation de bâtiment professionnel. Le granulat garnit aussi nos coussins. Enfin une entreprise près de Limoges, spécialisée dans les produits cosmétiques et ménagers naturels, réalise des cartouches anti-odeurs pour les fosses septiques, car le liège est imputrescible et absorbe les odeurs. C’est un matériau très noble et nous faisons tout pour qu’il ne soit plus enfoui ou incinéré.

Les bouchons en plastique, nous les mettons de côté pour l’association Cercle Handi Rochelais qui se charge de les revendre au prix de la tonne pour financer ses actions.

Des bénévoles en pleine action « Epuise ton déchet »

Et que faites-vous des voiles que vous récupérez ?

Tout ce qui est récupéré – hors poche à huîtres – va être revalorisé par le centre pénitentiaire de Mont-de-Marsan. Notre association collecte les matières et leur envoie les patrons. Après les détenus ont toute liberté pour créer des coussins, des housses de tablettes, des sacs, etc. En voile et/ou néoprène. Nous vendons ensuite ces produits : les sacs en voiles et les panières, issues des poches à huîtres, sont nos meilleures ventes.

Quid de la revalorisation des poches à huîtres ?

Pour élever les huîtres, les ostréiculteurs utilisent depuis plus de quarante ans des poches ostréicoles ou « poches à huîtres » en matière plastique. Les poches usagées sont stockées sur les lieux de production et le plus souvent jetées dans les décharges pour être incinérées.Écho-Mer a décidé de leur donner une seconde vie.Afin de répondre à cette problématique l’association a engagé depuis 2012 un partenariat avec Navicule Bleue, un ESAT basé à Arvert, la première association française des professionnels de la mer en faveur de l’intégration des personnes en situation de handicaps.

350 collecteurs de la dimension d’une corbeille à papier, ont été réalisés en poches à huîtres revalorisées par Navicule bleue en 2019. Ces collecteurs sont destinés à stocker les bouchons de liège dans les restaurants, les lieux publics et les collectivités. Ils sont également vendus via l’association Echo Mer comme corbeille à papier ou autre décoration.

Depuis 2018, l’ESAT produit également des panières de tailles et de formes différentes destinées au jardinage, à la décoration, au rangement… Ces produits sont vendus en ligne et au local par l’association Echo Mer.

Propos recueillis par Cédric Chaory.

PLUS D’INFORMATIONS : https://echo-mer.com/

* L’association comptait 948 adhérents au 31 décembre 2019. Ce chiffre inclut 79 adhérents directs et 869 adhérents souscripteurs.

Visuels fournis par l’association.