Coolisses : la passion de l’audiovisuel

AUDIOVISUEL – Coolisses œuvre depuis 1993 au rayonnement de l’audiovisuel en terre rochelaise. Avec la récente nomination à sa présidence de Pascal Colnot, l’association rochelaise entend se développer toujours plus, convaincue que la Charente Maritime est un territoire véritablement dévolu à toutes les productions cinématographiques.

L’année 2021, tout comme 2020, a vraiment été calamiteuse pour l’industrie audiovisuelle. Avec son lot de festivals annulés sine die et de tournages et productions à l’arrêt, l’activité économique est quasi au point mort. Néanmoins la Charente Maritime en est persuadée : elle est un décor aux possibilités infinies qui permet d’attirer des tournages en tout genre. Mieux que cela : elle est une terre d’images. La création d’un Bureau d’Accompagnement des Tournages départemental ne vient-il pas renforcer un dispositif destiné à promouvoir le département auprès des producteurs et réalisateurs, mais aussi à accueillir des équipes de tournage dans les meilleures conditions ?

©Coulisses

L’association Coolisses sait tout cela. Depuis 1993, elle œuvre au développement de la filière audiovisuelle et du spectacle vivant en Nouvelle Aquitaine, même si à l’origine son attention se portait essentiellement sur … les arts de la rue. « Je sais qu’à cette époque La Rochelle abritait de nombreuses compagnies de théâtre et d’art de la rue, souligne Céline Clémentel, coordinatrice de Coolisses. Nous étions alors le centre névralgique autour des questions de production, d’administration, un centre ressource pour toutes ces compagnies que la paperasse effraie. Puis dans les années 2000, le département est devenu une plaque tournante pour les tournages en bord d’océan. Coolisses s’est alors de plus en plus concentré vers l’audiovisuel, comme une préfiguration de l’actuel BAT. »

L’an passé, malgré la pandémie, l’association a accueilli de nombreuses sociétés de production mettant à disposition son espace co-working d’une surface de 150 m2 en plein centre ville de La Rochelle, au Gabut. Un espace adapté pour des castings, des loges ou de la post-production. Coolisses regrette cependant que les castings furent bien moins nombreux comparés aux années précédentes car son cœur d’activité n’est-il pas la gestion et la valorisation d’un fichier de compétences techniciens et comédiens, de l’accueil des tournages, de la mise à disposition de matériel et de locaux, et d’interventions dans le domaine de l’éducation à l’image ?

Céline Clémentel précise : « Le territoire possède un joli vivier de comédiens, figurants et techniciens. Toutes et tous aimeraient pouvoir exercer tout près de chez eux, et pas nécessairement en région parisienne. Depuis onze ans, Coolisses a fédéré 3349 membres du secteur audiovisuel dont 2047 professionnels (techniciens et comédiens). Notre travail est de faire travailler ces talents sur le maximum de productions tournées au local. »

©Pascal Colnot

Un défi que Pascal Colnot entend bien relever. Réalisateur, acteur, voix-off et surtout grand passionné de cinéma, il est depuis octobre dernier le nouveau président de l’association. S’il souhaite pérenniser l’ensemble des actions mises en place, il tient également à développer les relations auprès des professionnels du cinéma, comédiens, techniciens, figurants. « Il faut nous faire connaître auprès des boites de productions, faire que les réalisateurs viennent tourner à La Rochelle … C’est un travail de réseau, qui se construit par connaissance. Fort heureusement pour nous nous travaillons – ici même dans nos locaux et aux alentours – main dans la main avec des organismes et des structures portés par la même passion et le même intérêt, tel un collectif où chacun amène sa pierre à l’édifice. Je pense au BAT, à Cristal Production, aux nombreux festivals rochelais … ». Son réseau, Pascal l’active et son téléphone chauffe. Hier encore, il était en ligne avec le réalisateur Olivier Doran (Le Déménagement -1997, Le Coach – 2009) qui lui assurait son envie de venir tourner à l’ombre des tours.

Car toutes ces équipes de production se déplaceront dans la cité – et reviendront avec plaisir – si elles sont accueillies clé en main, tout au moins avec la plus grande attention possible : « Apporter un clé en main aux productions, voilà la voie du succès. Négocier en amont avec les hôtels, les restaurants, faciliter les castings, la mise à disposition des techniciens, les repérages pour les décors, etc. Nous devons être en mesure de  tout négocier pour que l’accueil des productions qui se déplacent chez nous soit optimale. Nous savons faire, nous voulons faire ! »

©Coulisses

Autre défi de Pascal : trouver de nouveaux partenariats et financements. « De nouveaux partenariats telles la Mission Locale ou encore la Fondation STREGO-ORATIO, nous ont permis d’élargir nos offres de formations auprès d’un public spécifique issu des quartiers prioritaires. Il nous faut cependant développer toujours plus le mécénat notamment pour financer encore plus notre pôle à l’éduction à l’image. » souligne t-il. Avec ses diverses formations (Jeu d’acteur face caméra animé par Nicolas Navazo ; Apprendre à faire un film par Sallah Laddi, ancien président de l’association ; Faire un film en anglais avec Jennifer Macavinta.), Coolisses peut être fier d’avoir formé de jeunes pousses aux métiers de l’audiovisuel. « Nous sommes en train de recenser le nombre de stagiaires qui, suite à leur passage dans nos locaux de formation, ont embrassé une carrière dans l’audiovisuel. Il me semble que nous ne sommes pas loin du tiers de nos 150 enfants et adolescents reçus. C’est plus qu’encourageant ! ». s’enthousiasme Céline.

De beaux résultats qui poussent Pascal Colnot a demandé à ce que Coolisses soit reconnue d’Intérêt Général. Il s’en explique : « Aujourd’hui nos actions pédagogiques se sont développées au delà de la filière professionnelle pour permettre à des jeunes de venir confirmer leur choix professionnel. Rares sont les structures présentes sur le territoire national qui répondent à leurs interrogations : «Est-ce le métier que je souhaite faire ou les études que je souhaite suivre ?» Le savoir faire, l’ingénierie et les moyens mis en place par Coolisses permettent à ces jeunes de se confronter en situation réelle aux métiers de l’audiovisuel. »

Une reconnaissance qui pourrait booster une équipe déjà pleine d’allant et d’envie. Parmi ses projets en pagaille : proposer de nouvelles formations (notamment à l’international), développer l’espace co-working, proposer un rendez-vous régulier autour de la projection d’un film … avec toujours ce même objectif en plan serré : transmettre et échanger afin d’aiguiser toujours un peu plus le regard des publics en les informant sur la réalité des métiers de l’image et du son.

Cédric Chaory

INFORMATIONS PRATIQUES : https://coolisses.asso.fr/