Chantier Equatorial.

MUSIQUE – Pour sa quatrième session, le Chantier des Francos présente Muddy Monk (second passage), Oh Mu et Ramó. Le Chantier couple ses concerts avec l’inauguration d’une exposition de visuels créée en partenariat avec La Rochelle Digital School (Excelia group). Les étudiants en design était invités à s’exprimer graphiquement sur les artistes de la sélection 2019. 

Mi-combinaison de moto-racer, mi-air d’ado qui a mal rangé sa chambre, Muddy Monk commence en nous enveloppant d’une pop lyrique, aérienne, très bien chantée et maîtrisée. Les textes sont doux, presque trop – dans l’introversion il est permis d’hésiter entre la relaxe ou le xanax. Quel dommage de ne pas utiliser ce keytar (clavier se portant comme une guitare) pour davantage de jeu et de plaisir scénique ! 

Oh Mu attaque d’entrée de façon plus incisive et invite la salle ‘à se battre’ (ce n’était pas un appel au pogo mais plutôt au prolo). La chanteuse, originaire de Martigny dans le Canton de Valais (Suisse), tire son nom de scène de l’animé de Hayao Miyazaki, Nausicaä de la vallée du vent (les Ômus sont de gros insectes à plusieurs yeux !). En bon mandataire de la génération Y, Oh Mu nous fait, sans musiciens, une proposition artistique (et vestimentaire !) tranchée et désenchantée, dans une verve et une gestuelle très De Pretto-iennes.

Le temps d’un intermède technique, une console pleine de boutons luminescents et colorés apparaît sur scène, à la verticale, avec un côté très HAL 9000, option Amazonie et rajouts de lianes. C’était Ramó qui venait nous présenter sa jungle fraîche et rythmée ! Dans une énergie très communicative, sauvage mais bienveillante, Ramó interroge de manière très élégante, racée, sur les liens animaux-hommes et nos urbanités dévorantes. Ses compositions percutantes électro-pop, et ses textes, sous des airs candides, sont très travaillés, et visent absolument juste. Il enchaîne A nouveau sauvages, et celui que l’on espère prémonitoire Tout ira bien. On ne peut qu’applaudir – et rugir – devant un: Dites-moi où sont les fleurs quand on a bétonné ? / Les lianes et les toucans, les a t-on emmurés ? / Sommes-nous toujours des hommes si nos pieds sont coupés ?

Aymeric Duriez.

> Concert ce soir à 20 heures

> https://www.excelia-group.com/mon-chantier-xl

Laisser un commentaire