Bruno Léal au secours de l’Olympia

PATRIMOINE – Fermé depuis février 2020 pour dégât des eaux, le cinéma l’Olympia – un des plus vieux de France – est en vente. Bruno Léal, ancien conseiller municipal, se bat pour que ce patrimoine soit sauvé et réhabilité en centre culturel. Entretien.

Vous vous mobilisez depuis quelques mois pour que l’Olympia soit sauvé. Pourquoi ?

Je défends effectivement ce lieu et l’idée que la ville puisse l’acheter pour en faire un lieu de culture et un phare structurant de la place Verdun, qui est bien trop délaissée. Si j’avais été aux commandes de la mairie, j’aurais racheté l’Olympia pour trois raisons : patrimoniale, car nous sommes là face à un lieu d’histoire ; culturelle, car cette salle doit devenir un centre culturel à vocation multiple et, enfin, urbanistique car Verdun se doit d’être embellie.

L’Olympia – dédié à l’Art et à la Cuture – pourrait ainsi devenir un pôle structurant d’une place de Verdun repensée, tout comme l’ancien hôtel de police – dont la vocation doit être de mon point de vue commerciale – pour redymaniser cette partie de la vieille ville. L’objectif étant, sur le plan spatial, de rééquilibrer notre centre-ville, du vieux-port jusqu’à Verdun, en injectant dans l’ancienne « place d’armes » beauté urbanistique, chaleur humaine, attractivité culturelle et commerciale. Chacun conviendra que le visage de l’actuelle place de Verdun est devenue indigne de notre ville, alors même qu’elle en était le cœur il y a encore quelques décennies.

D’ailleurs la mairie n’a t-elle pas racheté l’ancien hôtel de police … non pas pour le garder mais pour être le maître du jeu et définir un cahier des charges qui s’imposera à son futur acquéreur et orientera ainsi la vocation future de ce lieu structurant pour Verdun.. Pourquoi ne pas le faire avec l’Olympia ?

Pourquoi le cinéma Olympia a soudainement fermé ses portes ?

J’ai cru comprendre que ses actuels propriétaires voulaient s’en séparer car d’importants travaux de rénovation étaient à prévoir. Ils n’ont pas les moyens financiers pour les mener. Le bien est donc en vente, de façon assez confidentielle, par réseau. La ville pourrait vraiment le préempter.

Mais les finances de la ville le peuvent-elles ?

Monsieur Fountaine a avancé deux arguments pour justifier son absence d’intérêt pour l’Olympia : d’abord l’absence de projet pour ce lieu, ensuite le coût financier. Moi je réponds qu’on peut avoir de nombreux et beaux projets pour l’Olympia car notre ville manque cruellement d’un tel espace. L’Oratoire tout proche n’est pas vraiment pensé pour accueillir du public alors que là nous avons un espace de 390 places. Espace qui pourrait, tout en conservant bien entendu sa vocation de salle de cinéma, être connecté au musée d’Art et d’Histoire via le jardin du musée attenant – dont il deviendrait l’auditorium pour des colloques, conférences – et connecté également à notre Conservatoire de musique et de danse.

Le Conservatoire ?

Comme vous le savez le futur Conservatoire va être érigé sur l’îlot Joffre. Cet établissement quittera le centre-ville ce qui est vraiment une erreur à mon avis. L’Olympia pourrait ainsi devenir une vitrine du Conservatoire en plein centre et l’écrin de concerts gratuits proposés par les élèves les plus aguerris du Conservatoire. Ils y éprouveraient le live devant un public. Lorsque j’ai émis cette idée sur les réseaux sociaux, j’ai eu des retours chaleureux de plusieurs professeur-e-s du Conservatoire.

Mais quid  alors de l’auditorium prévu dans le futur Conservatoire ?

Il ne sera pas en centre-ville ! Et puis l’un n’empêche pas l’autre. L’avantage de faire aussi « du nouvel Olympia » un auditorium du Conservatoire est par ailleurs financier.. Notre école de musique dépend en effet de la CdA qui, du coup, partiperait aussi au financement de ce projet, ce qui allègerait la facture pour les finances municipales.

© Fddlh

Justement combien couteraient ces travaux ?

Monsieur Fountaine parle de 5 millions d’euros sans plus de précisions. Lissé sur une mandature de 6 ans cela représente un effort d’environ 800 000 euros par an. La ville de La Rochelle a un budget de fonctionnement de 120 millions d’euros par an sur lequel on dégage un auto-financement d’une quinzaine de millions d’euros, et le budget d’investissement dépasse certaines années les 30-40 millions d’euros. Sincèrement avec la participation de la CDA, ces 5 millions nécessaires pour la réhabilitation de l’Olympia sont tout à fait soutenables. Moi je crois surtout qu’il y a un manque de volonté politique.

Si l’Olympia devient ce lieu de culture que vous appelez de vos vœux, qui à la direction, la programmation ?

Connecté au musée et au Conservatoire nous pouvons imaginer qu’il soit co-piloté par ces deux structures, en bonne intelligence. Un espace dédié à la musique, à l’art, aux savoirs … sans oublier, bien entendu, le cinéma. D’art et essai notamment.

Récemment les rochelais ont appris que La Rochelle possède un patrimoine immobilier grand comme le Vatican. Avons-nous alors besoin d’un nouvel espace ?

Tout ne se mesure pas au travers du quantitatif. On ne peut pas mettre sur le même niveau l’Olympia et une maison de gardien d’école publique dont nous n’avons plus besoin. Cette ancienne salle de cinéma est stratégique ; la ville peut se défaire de nombreux bâtiments. J’ai d’ailleurs voté en tant qu’ancien conseiller municipal la vente de nombreux biens mais il y a un moment où il faut acheter. Nous ne pouvons pas toujours avoir une conception financière des choses. Et puis sachez que la ville prévoit de vendre, sous les mandats de Jean-François Fountaine, du patrimoine municipal pour une valeur d’environ 70 millions d’euros. Il est en outre prévu de revendre l’ancien hôtel de police. De quoi trouver aisément nos 5 millions, surtout si la Cda en paye une partie !

Quels retours avez-vous sur votre actuel « combat » ?

De très bons. Je reçois beaucoup de soutiens sur les réseaux sociaux. Désormais quand on me croise dans la rue, on me parle de l’Olympia et on m’associe à ce combat pour la défense de cette salle. Sur internet je ne cesse d’inviter à signer la pétition lancée par Pierre Laudijois et un collectif de personnalités rochelaises pour la sauvegarde de ce lieu cher à de nombreux rochelais ; une pétition qui a recueilli à ce jour près de 3.300 signatures ce qui n’est pas rien. Sans faire de la polémique politicienne, je pense que quand on est élu avec seulement 181 voix d’avance sur 50 000 électeurs inscrits et 21 000 qui ont voté, on ne peut pas balayer d’un revers de manche une pétition qui a recueilli 3 300 adhésions.

Quelle est donc la suite à donner à ce dossier ?

J’estime que la page n’est pas tournée tant que lieu ne sera pas vendu. Madame Catherine Benguigui en charge de la culture peut inciter le maire à y réfléchir, tout comme Madame Spano, adjointe aux musées. Monsieur Foutaine est un homme intelligent. Aux premiers abords, il ne semble pas vraiment intéressé par le sujet (je lui ai adressé un courrier à ce sujet, je n’ai jamais eu de réponse de sa part) mais son entourage saura le sensibiliser à la question Olympia. Je ne peux malheureusement plus porter cette voix au Conseil Municipal mais j’espère que l’opposition continuera de défendre ce dossier, à mes yeux stratégique pour notre Ville.

Propos recueillis par Cédric Chaory.

https://www.change.org/p/jean-fran%C3%A7ois-fountaine-sauvez-le-cin%C3%A9ma-olympia-%C3%A0-la-rochelle