Agenda

Jan
22
ven
L’Épouse – Rebecca Journo @ La Manufacture - CDCN
Jan 22 @ 20 h 00 min – 21 h 30 min

Première création solo de Rebecca Journo, L’Épouse instille, d’emblée, un malaise. Sa pâleur spectrale, sa résignation épouvantée troublent le décorum sucré du « plus beau jour d’une vie ». De la mariée à la marionnette, il n’y a qu’un pas, un Rubicon pétrifiant que franchit cette performance, jouant de l’expressionnisme et de la lenteur avec une hypersensibilité de chaque instant, sous l’influence de Tim Burton ou du Melancholia de Von Trier. Il faut au moins ça pour s’arracher à une vie trop bien ficelée et ses nombreux miroirs aux alouettes. 

Orchestre de Chambre de Nouvelle-Aquitaine @ Beauséjour
Jan 22 @ 20 h 30 min – 22 h 00 min

Cette nouvelle année rime avec nouvelle décennie pour l’OCNA ! En 2021, l’orchestre passe allégrement l’étape des 40 ans.
Pour fêter ça, place au dialogue entre musiques anciennes et nouvelles, entre générations d’artistes bien établies ou plus jeunes… Parce que l’orchestre est une formation toujours en mouvement, ce programme introduit une réflexion sur le renouvellement des idéaux : quelle place pour un nouveau monde, un nouvel horizon?

Nul doute que celui de Borodine et Dvořák résonnait avec l’esprit de conquête (des terres centre-asiatiques pour l’un, américaines pour l’autre). Dvořák, amoureux des Amériques, était d’ailleurs parti pour être directeur du conservatoire de New-York ! Une vision bien différente de celle de Jean-Frédéric Neuburger aujourd’hui qui, lui aussi, « donne à voir comment pourrait être le monde tel qu’il aimerait qu’il soit ».

Deux conceptions distinctes à un siècle d’intervalle, qui partagent pourtant une même caractéristique : l’ouverture vers de nouvelles perspectives… et un goût certain pour l’innovation !

Royan – Marie NDiaye & Frédéric Bélier-Garcia @ La Coursive
Jan 22 @ 20 h 30 min – Jan 23 @ 22 h 00 min

C’est une belle fin d’après-midi à Royan. Une femme rentre chez elle dans la lumière dorée du boulevard. Elle vient du lycée où elle enseigne le français, quand elle perçoit les signes de la présence d’un couple, là-haut, sur son palier. Bien qu’ils ne parlent pas, elle les reconnaît. Ce sont les parents d’une de ses élèves, Daniella.

Daniella s’est jetée par une fenêtre de son lycée un mois auparavant. Victime de harcèlement scolaire. Elle en est morte. Les parents veulent désespérément une explication, des raisons, un sens au suicide de leur fille. Elle, la professeure, estime qu’elle n’a rien à leur dire.
Partant d’un fait divers, la romancière et dramaturge Marie NDiaye (Prix Fémina en 2001 pour Rosie Carpe, Prix Goncourt en 2009 avec Trois femmes puissantes) compose un monologue intérieur flamboyant écrit pour Nicole Garcia. Dans ce récit à la première personne, la langue de Marie NDiaye est un serpent qui s’enroule autour d’une idée, d’un fait, jusqu’à en faire perler ses plus secrètes humeurs. La pensée de cette professeure s’y
déploie en nœuds et fulgurances intimes, où le spectateur est véritablement happé. Dans ce double effort pour dire et mettre à distance une tragédie, elle parle de Daniella telle qu’elle l’a vue grandir et beaucoup aimée et, plus encore, d’elle-même.
Née et élevée à Oran, elle raconte ou plutôt tente de reconstituer ce qui l’a conduite d’Oran à Royan, comment elle s’est toujours reconnue en cette élève. Ce faisant, presque à son corps défendant, c’est une déploration de Daniella qu’elle invente, une sorte de prière profane pour que cette jeune fille, où qu’elle soit, trouve enfin la paix.
Royan est un spectacle dont la création était prévue cet été au Festival d’Avignon. L’occasion pour Nicole Garcia de retrouver les planches du théâtre, elle qui se distingue désormais depuis de nombreuses années devant et derrière la caméra. Elle sera ici dirigée par son fils, Frédéric Bélier-Garcia.

Jan
23
sam
Petit sursautes et grandes frayeurs – Autour de Peter @ L'Horizon
Jan 23 @ 20 h 30 min – 22 h 00 min

Pourquoi avons-nous peur ? Avons-nous raison d’avoir peur ? Qui nous fait peur et dans quel but ?

N’est-il pas drôle d’avoir peur ? N’est-il pas tragique d’avoir peur ? Interrogeons nos petits sursauts et nos grandes frayeurs à travers une succession de tableaux burlesques.

Mise en scène & direction d’acteurs : Martine Dupé

Jan
24
dim
Dvorak, Neuburger – Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine @ La Coupe d'Or
Jan 24 @ 20 h 30 min – 22 h 00 min

Symphonie n° 9 du Nouveau Monde de Dvorak, Dans les steppes de l’Asie centrale de Borodine, Concerto pour piano et orchestre de chambre de Neuburger

Jan
26
mar
Tabarnak – Cirque Alphonse @ La Coursive
Jan 26 @ 20 h 30 min – Jan 31 @ 21 h 45 min

Tabarnak est une célébration déjantée des cieux tout en cirque et en musique. Une joyeuse virée québécoise entre enfer et paradis, concoctée par la plus familiale des troupes de la Belle Province. Amen !

Construit autour des membres d’une même famille, perpétuant ainsi la tradition du cirque itinérant dans une version contemporaine, le Cirque Alphonse puise son inspiration dans le patrimoine québécois pour en détourner les codes avec jubilation. Depuis leur pittoresque Timber !, qui évoquait en 2011 la légende des bûcherons nords-américains, leur succès autour du monde est fulgurant.
L’impayable Cirque Alfonse nous offre ici un office religieux des plus exubérants. Du sous-sol à la nef, de l’autel au choeur, des chants liturgiques aux grandes orgues, il célèbre l’église, dans une grand-messe acrobatique et musicale. On assiste à une fresque aux allures de show rock et folk, où s’enchaînent tour à tour de la balançoire russe, des numéros de voltige, des pyramides humaines, du jonglage avec des encensoirs ou encore du patin à roulettes acrobatique sur fond de percussions d’un orchestre live.
Messe à gogo surréaliste, happening musical où l’humain tutoie le divin, office exubérant et festif, Tabarnak, c’est du grand spectacle à la créativité débridée, pour toute la famille.

Furia – Lia Rodrigues @ La Coursive
Jan 26 @ 20 h 45 min – Jan 27 @ 22 h 00 min

Basée dans la favela de Maré, à Rio de Janeiro, Lia Rodrigues est depuis trente ans la chorégraphe du choc et de la fureur, du corps collectif et politique. Les huit scènes nationales de Nouvelle-Aquitaine s’allient pour mettre en lumière cette artiste internationale majeure et la soutenir dans un contexte politique brésilien tendu. Pour cela, La Coursive diffuse cette saison une pièce-phare de son répertoire, Fúria (2018), et co-produira sa prochaine création, à découvrir fin 2021.

Princes drapés de haillons, princesses d’un royaume bâti à coups de récup’, les sept danseurs brésiliens de Fúria n’ont rien. Mais ils sont tout. Jamais accablés, toujours lucides, ils présentent un corps collectif pétri des maux de leur pays. Leur communauté mutante se recompose sans cesse au fil de processions lentes comme un cortège royal, de duos de maîtres et d’esclaves, de sculptures vivantes et de figures hurlantes.
En reine-chorégraphe de cette danse povera, forte de sa formation classique et de ses aventures européennes avec Maguy Marin,Lia Rodrigues, artiste associée au Théâtre national de Chaillot à Paris, bâtit une pièce surgie de la marge, nourrie aux écrits de femmes poètes.
Sa troupe d’interprètes, pour beaucoup issus des favelas, dispose des classes et des genres, inverse avec extase les assignations. C’est sa réalité, gorgée de références, qu’elle exprime à travers la puissance de ce spectacle-monde. Sous le pouls battant d’un morceau kanak passé en boucle, emporté par des corps de rage et de tendresse, portant ici et là leur nudité en étendard de leur colère brûlante, Fúria ne laisse pas indemne.

Jan
28
jeu
Bon débarras – Repères @ La Coupe d'Or
Jan 28 @ 20 h 30 min – 22 h 00 min

Cet entraînant trio québécois teinte ses chansons folks traditionnelles de sons venus d’ailleurs et diffuse une poésie rythmique qui invite à la fête et au partage.

Jan
30
sam
Oratorio Vigilant Animal – Dromosphère @ L'Horizon
Jan 30 @ 20 h 30 min – 22 h 00 min

En parallèle de créations à destination des jeunes, Hodači (2016) ou Par tes yeux (2018), Gianni-Grégory Fornet poursuit le projet Oratorio, série de pièces courtes à la beauté sombre convoquant la musique et la performance.

Oratorio Vigilant Animal met en avant les relations entre la littérature (ici le roman noir) et la musique de scène. La proposition place au premier plan l’espace du récit et du son pour mieux interroger la présence du corps. L’écriture d’un opus 3 et d’une forme intégrale réunissant les précédents opus et un final, signe l’achèvement d’un cycle de théâtre musical débuté en 2015.

Cycle sur la violence, Oratorio Vigilant Animal traite des relations inter-individuelles. Au travers d’expériences limites comme la passion d’amour, l’extrême désœuvrement, le déficit de transmission entre générations, se pose la question de notre vigilance. Où en sont nos forces vitales ? Avons-nous suffisamment de cette vigilance animale ? Sur le plateau, trois comédiennes donnent vie à une humanité de papier en perte de quiétude, de désir et de sens.

Dévolu historiquement aux chants et à la lecture des textes sacrés, l’Oratorio est ici le lieu d’une catharsis profane et d’une célébration des émotions humaines.

Fév
1
lun
(Sortie de résidence) Soirée d’études – Cassiel Gaube @ La Manufacture - CDCN
Fév 1 @ 18 h 30 min – 20 h 00 min

Approfondissant la démarche entreprise pour son solo Farmer Train Swirl – Étude, Cassiel Gaube s’associe cette fois avec deux street danseurs expérimentés, Yonas Perou et Federica Miani. Le trio ainsi formé s’attelle à explorer le riche vocabulaire de ce genre chorégraphique métissé qu’est la danse house. Une lecture technique et attentive qui n’est qu’un préalable à sa relecture audacieuse, cherchant à inventer des pas, diffracter des variations, ouvrir des possibilités, oser des articulations inédites. Un bon début pour se réconcilier avec l’étude, loin des heures de colle