Mobil Dancing : je danse donc je suis.

DANSE – La compagnie La Piste à Dansoire revisite le bal et invite le spectateur à danser, à se découvrir danseur s’il ne l’est pas, à se lâcher en toute simplicité. Tout seul, à deux, à dix, à cent. En cercle, en ligne, en carré… Ici c’est le public qui fait le spectacle : l’orchestre et les meneurs de danse sont les bateleurs qui l’emmènent l’air de rien vers une fantaisie endiablée. Chronique impressionniste de Sandra qui a participé à la sortie de résidence au CNAREP.

Événement aperçu sur un de mes réseaux préférés : Dancing Mobile. Quoi ? On peut aller danser à la Maison de l’Étudiant de 17h30 à 19h30 ce mercredi ?! Intéressant … Ça m’intéresse … Hum hum …
À l’invitation de la compagnie La piste à Dansoire je me rends donc en toute simplicité à ce bal participatif pensé pour finaliser la nouvelle création de La Piste à dansoire: Dancing Mobile.
 
Évidemment pour rien au monde les férus de danse rochelais ne louperaient  Le bal du Nouvel An sur le port ni Le vlaleubal de Laleu  ou encore Le color of Time du CNAREP, programmé l’an passé et qui fut mémorable. C’est pourquoi j’ai enfilé mes chaussures de vair qui m’ont porté illico à la Maison de l’Étudiant.

Arrivée à bon port quelle fut ma surprise : foule hétéroclite, toutes générations confondues. La compagnie est là et nous briefe. Elle nous rassure et nous fait entrer dans l’arène. Royal : 4 musiciens en direct live. Yes baby ! Introduction dansée … La troupe seule en piste, répartie tout autour. Nous les regardons mais surtout nous nous regardons. Amusés, intimidés, excités. À quelle sauce allons-nous être mangés ? Allons-nous oser ?

Peu à peu nous sommes entraînés à sortir de notre périmètre, nous laissant guider par les danseurs. C’est parti ! Des rythmes différents, de simples pas et nous explorons tous ensemble ces courants musicaux dans une allégresse de plus en plus vive ! Sourires, rires, contacts … C’est une découverte à tous les niveaux. La danse, le rapport à soi, à son corps, aux autres, le lâcher prise, et cette sensation de faire partie d’un spectacle work in progress.

À la façon de Marcel Duchamp où on désacralise l’œuvre. L’art accessible à tous …. Me revient les mots de Ben : Tout est art !

Sandra Mairesse.

Laisser un commentaire