Melle Plume, lady with an attitude.

MODE – Melle Plume n’a jamais pris à la légère la mode. Avec sa boutique en ligne, elle entend vous parer de vêtements de luxe à petits prix et bien plus encore : redonner confiance et sensualité aux femmes rondes. Portrait d’une femme qui insuffle une belle humanité à un univers bien trop normé.

Sur la terrasse du Lili Bar, Melle Plume se remémore son enfance : « Petite fille coquette, je choisissais mes vêtements. Je ne sortais pas de chez moi si mon mouchoir en tissu n’était pas accordé à la couleur ou au motif de ma tenue … ». Trente ans plus tard, la fillette est devenue une femme qui capte les regards : frange courte à la Betty Page, cascade de boucle platine, piercing bijou au coin de l’œil et mouche à la Monroe, Armelle, de son vrai prénom, attache toujours une grande importance à son apparence vestimentaire. Ce jour-là c’est un astucieux ensemble composé fourrure bleu canard, veste de tailleur noir, chemise en jean, cravate Dior vintage et jupe longue en tulle noir avec gros pois ton sur ton. Cet amour de la sape, elle en a même fait son métier.

En proposant à la vente sur son site Internet éponyme, des vêtements luxe à petit prix et grande taille, tous de seconde main, la trentenaire a réalisé son rêve : travailler dans l’univers de la mode et faire du bien à son prochain. Son prochain ce sont notamment ces femmes rondes et complexées que Plume se fait un point d’honneur à embellir.

On imagine souvent à tort que la mode est futile, uniquement basée sur l’apparence. Pour l’avoir vécu dans son enfance, Plume a développé sa philosophie qu’elle applique au quotidien à ses clientes. « La petite fille coquette que j’étais a essuyé de nombreuses réflexions dans La Rochelle des années 90-2000. Par mes tenues vestimentaires élaborées, je semblais dénoter, n’étais pas un mouton et on me l’a fait comprendre. Je pense que c’est de là que me vient mon indéfectible tolérance. Il faut accepter ses différences, ses complexes et autrui dans tout ce qu’il a de singulier. Tes différences sont ce qui te rendra plus beau, plus fort. Si tu ne les acceptes pas, les gens vont s’en emparer et en jouer. Entre nous, si tu as la santé, physique et mentale, tout le reste n’est que détail »

Et il est des détails qui hérissent Plume. Comme ces devantures de boutiques grande tailles :  « Trouvez-vous normal que ces échoppes affichent en grosses lettrines rouges sur leur vitrine : de la taille 42/64 ? C’est une vraie violence pour une femme ronde de devoir entrer dans ces boutiques qui proposent en plus bien souvent des vêtements horriblement chers et un brin mémérisants. » s’insurge t-elle.

Logo pied-de-poule de Melle Plume

Pour rectifier ces aberrations, Plume insuffle de l’humanité à un univers de papier glacé qui en manque cruellement. « Pour les femmes qui ne vivent pas à La Rochelle, qui ne peuvent venir chez moi découvrir les vêtements aperçus sur mon site je me déplace alentour. À Thairé notamment au Blabla Café, génialissime bar associatif, où tous les deux mois ma boutique éphémère pose ses cintres pour le bonheur des dames. J’y ai fait de belles rencontres, notamment une cliente devenue une copine. Lors de sa première venue, elle me confessait ne plus acheter de vêtements depuis des années, se drapant de couleurs sombres. Dans la boutique éphémère elle s’est sentie en confiance avec moi car elle était à l’aise. Depuis elle porte plus de couleurs. Récemment elle m’a permit la présentation de Melle Plume à son groupe Weight Watchers. » La boutique fait également des haltes mensuelles aux Trois Canons au Gabut.

Biberonnée aux aventures des modeuses frondeuses de Sex and the City et au glamour des top models pulpeuses des années 90, Melle Plume, en bonne working girl, songe déjà à faire évoluer sa boutique. Les vêtements de luxe, ceux de grande taille à petit prix, OK mais il y a tant à imaginer dans cette ville de La Rochelle, certes « élégante mais à qui il manque un grain de folie question mode. »

Pour l’heure, la pétillante jeune femme s’affaire à la préparation de la Cérémonie des Césars. Celle qui sera retransmise sur écran géant en direct le 22 février à La Fabrique via le ciné-club Jules+Jim. Les organisateurs lui ont demandé de choisir les tenues de ses hôtesses d’accueil. Un défi glamour que ne pouvait refuser la belle et rebelle Armelle.

Cédric Chaory.

Informations pratiques: https://www.melleplume.com/

Laisser un commentaire