Les Éclats chorégraphiques : Là où la danse cartonne.

C’est dans une Chapelle Saint-Vincent fraîchement repeinte que s’est tenu hier le point presse des Éclats Chorégraphiques, association rochelaise de promotion de la danse contemporaine. Au programme : la découverte de la saison danse jusqu’à fin décembre mais surtout la présentation du vaste projet My Craft.

 

En cet automne où les frimas sont aux abonnés absents, la Chapelle Saint-Vincent se transforme en lieu de fabrique sous l’impulsion des Éclats. Jusqu’à décembre, pas moins de quatre compagnies sont en effet accueillies pour une étape de création : la bordelaise Made in MOVEMENT, la poitevine La Cavale, la toulousaine La Cie Les Gens Charles ou encore le chorégraphe Sylvain Riéjou. Tendance à l’accélération du temps dans nos sociétés, quid de la nudité et de la virtuosité dans la danse contemporaine ou encore étude des rapports subtils et impalpables entre les hommes, telles sont les thématiques qu’aborderont pêle-mêle les artistes en résidence. Chacune de ses compagnies dévoilera au public, à l’occasion du rendez-vous Premier Regard, l’avancée de son travail. (voir agenda en fin d’article)

Mais la grosse actualité des Éclats en cette rentrée se nomme My Craft. Projet collaboratif co-construit avec la cie La Cavale, My Craft – qui désigne en anglais le travail manuel – ambitionne de mettre en mouvement une cinquantaine de rochelais âgés entre 10 et 25 ans avec une matière particulière : le carton.

©Séverine Charrier

My Craft, le film !

À l’origine du projet il y a la découverte par Éric Fessenmeyer du Labyrinthe de Michelangelo Pistoletto au 104 à Paris. Cette oeuvre composée de plusieurs kilomètres de carton ondulé de différentes longueurs inspire au co-directeur de la Cie La Cavale Oscillare, spectacle dans lequel un homme part à la découverte d’un monde en carton.

Avec My Craft, le chorégraphe souhaite poursuivre son travail sur le carton – devenu prétexte au jeu – en observant comment d’autres personnes peuvent s’emparer de cette matière, créer un univers, s’y mettre en mouvement, créer sa danse et, in fine, expérimenter de nouveaux espaces de rencontre autour de l’art chorégraphique.

Ces « autres personnes » ce sont une classe de 6ème du collège Pierre Mendès France, le centre socio-culturel du Pertuis, la Maison des adolescents et des jeunes adultes ou encore le collectif Ultimatum, toutes structures du quartier Mireuil de La Rochelle. Les jeunes participants créeront, à l’occasion d’ateliers, des matériaux qui alimenteront le film My Craft, ultime témoignage de ce projet collaboratif. Certains réaliseront des portraits dansés filmés avec des smartphones, d’autres une courte chorégraphie avec la manipulation du carton ou encore la BO du film. Enfin un groupe de danseurs confirmés du collectif Ultimatum créera une variation chorégraphique. Gageons que tous ces jeunes sauront être aussi créatifs que face au jeu vidéo de construction basé sur l’imagination : Minecraft, clin d’œil au titre du projet.

 

Réalisé début décembre 2018, le film My Craft sera diffusé au printemps suivant lors d’une soirée événement. Seront dévoilées ce même jour les photographies de Séverine Charrier, prises à l’occasion du week-end où la Chapelle St-Vincent, remplie de carton, s’est transformée en lieu de tournage.

D’ici là, il est possible au public de découvrir l’avancée du projet en se rendant sur le site :https://www.mycraft.leseclats.com

Cédric Chaory

Premier Regard aux Éclats Chorégraphiques:
Made In Movement: jeudi 25 octobre – 18h30
Compagnie Cliché : jeudi 1er novembre – 18h30
Cie La Cavale: jeudi 8 novembre – 18h30
Cie Les Gens Charles: jeudi 6 décembre – 18h30

 

Visuels: ©Séverine Charrier

1 commentaire sur “Les Éclats chorégraphiques : Là où la danse cartonne.”

  1. Ping : Shake three times La Rochelle ! – Chroniques d'Aliénor

Laisser un commentaire