French New Wave Week#4 : la scène musicale française à flow.

Alors comment elle va la scène musicale française 2018 ? Très bien, merci pour elle. Y’a qu’à voir ce qu’elle propose à l’occasion de la French New Wave Week #4 concoctée par La Sirène. Petit tour d’horizon de la programmation avant ses 8 tours de chant.

 

Pour la quatrième édition de sa French New Wave Week, La Sirène nous sert le temps de trois soirées le nec plus ultra de la scène musicale française actuelle. Après la belle moisson de la dernière édition (Souvenez-vous : Eddy De Pretto, Cabadzi, Albin de la Simone…), ouvrez à nouveau grand vos oreilles au meilleur de l’actualité pop, électro et chanson de la scène française avec par ordre d’apparition : L – Raphaële Lannadère, Flavien Berger, Agar Agar, Inüit, Barbara Carlotti, Terrenoire et Halo Maud.

Le temps fort de la Scène musicale actuelle rochelaise ouvre en première soirée, une fois n’est pas coutume, dans le théâtre à l’italienne de la Coupe d’Or, joyau architectural rochefortais. Au programme Raphaële Lannadère aka L. L’artiste y fait son retour sur scène avec Chansons, disque élégant empreint de poésie et de délicatesse. Après des débuts en fanfare (disque d’or et prix en veux-tu en voilà), L avait flopé avec son second opus, pourtant excellent. De retour au top avec Chansons, elle retrouve là l’essence de son art subtil du texte chanté. Un piano, un quatuor de cordes, le tout doré de quelques notes de harpe et saupoudré de musique électronique, et ce sont 11 titres pour quarante minutes de balade musicale propice à une quiétude imperturbable. Sur scène, attendez-vous à un magnifique moment de grâce en clair obscur avec Frédéric Jean aux percussions, clavier et Guillaume Latil et Julien Lefèvre aux violoncelles.

Le lendemain, La Sirène propose une soirée électro-pop qui saurait inconscient de rater. En un vendredi soir se succèdent aux platines l’inclassable Fabien Berger, les hype Agar Agar et Inüit. Expert en odyssées électroniques labyrinthiques et chansons psychédéliques, convoquant aussi bien Kraftwerk que Suicide et Moroder, Flavien Berger est la sensation du moment. Etienne Daho, himself, le déclare comme son nouveau maître à penser. C’est dire le niveau du zycos qui a signé récemment un Contre-Temps en forme de récit pop improbable.

Habituée de La Sirène, la disco-synth-pop parisienne d’Agar Agar vient à nouveau hanter les nuits rochelaises. Signé chez Cracki Records pour un premier single – Prettiest Virgin – puis un premier EP, Cardan, la voix suave de Clara et les basses acides d’Armand continuent de réinventer le dancefloor des eighties pour le plus grand plaisir de nos oreilles qui se repaissent de leur audacieux premier album The dog and the future.

Puis place aux sax et harmonies synthétiques des Nantais Inüit qui touche en plein mille avec Action. Leur premier album de ce sextet, à la fois expérimental et charnel, ouvre encore le spectre de cette musique aux résurgences eighties articulée autour de la voix légère et souple de la chanteuse du groupe Coline.

Last but not the least, le samedi soir promet d’être fiévreux avec la programmation de Barbara Carlotti. Depuis ses débuts pop en 2005 sous la houlette de Bertrand Burgalat, l’artiste a connu des hauts (Prix de l’Académie Charles-Cros) et des bas qui l’ont amené au crownfunding pour le financement de son récent album Magnétique,  kaléidoscopique et chimérique, entièrement bâti sur un très sérieux travail de création autour de ses rêves. Une vraie réinvention de l’esthétique pop qui sonne comme un appel au lâcher prise et au rêve général. À sa suite les prometteurs Terre Noire et Halo Maud.

Vous êtes donc prévenus les 13, 14 et 15 décembre : houle musicale hexagonale prévue à la Pallice en forme de gros kif sonore !

Cédric Chaory.

Laisser un commentaire