Agenda

Jan
9
mer
Narcisse – Élodie Guignard @ Carré Amelot
Jan 9 @ 9 h 30 min – Mar 23 @ 17 h 00 min

Le poète Paul Celan écrivait « Il est grand temps que la pierre s’habitue à fleurir ». Le travail d’Élodie Guignard pousse à l’évidence sur des références poétiques et picturales et s’attelle à renverser le monde et ses histoires, fussent-elles fabuleuses.

L’eau d’un fleuve glisse sur des pierres plates auxquelles une Narcisse en tunique blanche s’accroche pour ne pas sombrer. Mais le grain de l’eau est céleste ; en fait de noyade, ne s’agit-il pas d’une chute vertigineuse ?

Et cette autre Narcisse en robe tout aussi blanche, les mains enfoncées dans l’humus et les lèvres peintes, entre-t-elle ou sort-elle de l’eau ? Ses yeux retournés signifient-ils qu’elle s’en tire ou qu’elle s’enfonce ?

Derrière elle, un fond de branches et de nuages, jusqu’à ce que… renversement de perspective : l’œil comprend l’effet de bascule, le décor n’est que reflet dans le fleuve.

Élodie Guignard photographie magnifiquement le ras du sol, le ras du ciel, le ras de l’eau ; toutes les petites décompositions végétales, minérales ou aquatiques : les brins, les gouttes, les fragments, les taches, les plis, les touffes. Ce qu’on écrase avec les pieds, ce qu’on essuie d’un revers de main devient le théâtre magique, herbeux et humide, de ses reconstitutions.

Caroline Ibos

Vernissage : mercredi 9 janvier à 19h

Fév
23
sam
Les Nuits de l’alligator #2 : Cedric Burnside + Handsome Jack @ La Sirène
Fév 23 @ 20 h 00 min – 23 h 15 min
Fév
28
jeu
Death Valley Girls / The Schizophonics @ La Sirène
Fév 28 @ 20 h 00 min – 23 h 15 min
Mar
1
ven
Disiz la Peste @ La Sirène
Mar 1 @ 20 h 00 min – 23 h 00 min
Lambert @ Théâtre Quintaou
Mar 1 @ 20 h 30 min – Mar 2 @ 22 h 00 min

Dans la lignée des pianistes portés par l’émotion et l’imaginaire, tels Claude Debussy, Erik Satie et Alexandre Scriabine, pour la musique classique, ou Yann Tiersen et Gonzales, pour la pop, Lambert s’inscrit dans un courant musical qui a traversé l’histoire… Plus récemment, Olafur Arnalds et Nils Frahm, fer de lance d’un courant expérimental confrontant les musiques classiques et électroniques, sont sans doute ces dernières influences. Il n’est pas rare d’ailleurs que leurs chemins se croisent en studio ou sur scène*.

Dans son dernier disque Lambert livre une musique aérienne, stimulante et pleine de vie avec une pointe de mélancolie. Sweet Apocalypse, l’oxymore est bien trouvé. Un beau touché de piano, une composition et des arrangements bien sentis font de la musique de Lambert une vraie merveille qu’il faut découvrir.

Ses concerts donnés en duo sont de la même trempe ; le mystère en prime. Lambert trouble son identité à l’aide d’un masque tribal. Par timidité ou pour pousser le public à l’ailleurs… L’énigme résonne alors d’un bout à l’autre de son travail sous le sceau d’une grande sensibilité.

Jovany @ L'Azile
Mar 1 @ 21 h 00 min – Mar 2 @ 22 h 30 min

Jovany est un comédien inclassable. Il est survolté, comique, chanteur, moqueur, musicien, danseur, performer… Bref, polyvalent et fascinant. On le surnomme déjà le « Jim Carrey Français » ! Dans son spectacle, le rythme des gags et son regard déjanté sur le monde nous emmènent dans un univers fantasque où il nous raconte son histoire, sans vraiment s’en souvenir. Improvisateur né, il nous parle de tout et surtout, de rien.

Ce comédien au charisme captivant et à la plastique déconcertante, renouvelle les situations les plus hilarantes dans ce « One man Performer show » complètement dingue. Êtes-vous prêt à découvrir cet OVNI de l’Humour ?

De et Avec : Jovany. Mise en scène : Michal Dufour.

Mar
2
sam
Thylacine + Jaffna @ La Sirène
Mar 2 @ 20 h 00 min – 23 h 15 min

Qu’importe si le thylacine, sorte de mammifère au pelage tigré, vient de Tasmanie, c’est en Argentine que le jeune prodige de la scène électro française a décidé d’enregistrer son deuxième album. Pour donner suite à « Transsiberrian », son premier essai composé en 2015 à bord du train qui relie Moscou à Vladivostock, Thylacine s’est offert une caravane datée de 1972, la fameuse Airstream tout en aluminium et l’a lui-même, magnifiquement transformée en studio d’enregistrement. Il embarque ensuite sa belle américaine sur un cargo pour la récupérer un mois plus tard à Buenos Aires. Direction la Cordillère des Andes.

C’est l’attrait de l’inconnu et l’absence absolue de repère qui donnent envie à Thylacine de s’évader en Amérique du Sud pour enrichir son electronica, et conjuguer à merveille les mélodies aériennes de Moderat, la touche solaire d’un Nicolas Cruz, et la puissance techno d’un Paul Kalkbrenner.

Immergé dans des paysages désertiques et lunaires, Thylacine se rapproche de sonorités plus acoustiques, et retrouve aussi le saxophone, son instrument de prédilection.

C’est une électro hypnotisante que l’on imagine au fil des kilomètres de routes, composée en solitaire dans l’intimité de son studio nomade, au milieu de canyons multicolores, de dunes de sable, de forêts de cactus géants, et de sommets enneigés…

Le Lac des Cygnes – Saint Petersbourg Ballet @ Bordeaux Métropole Arena
Mar 2 @ 20 h 30 min – 22 h 30 min

Le Lac des cygnes a été présenté la 1ère fois à Moscou en 1877 mais sa véritable création avec la chorégraphie de Marius Petipa et Lev Ivanov date du 27 janvier 1985. L’histoire d’amour du prince pour une jeune fille-oiseau, transformée en cygne par un sorcier, est un sujet fantastique où la ballerine principale a un double personnage à jouer et à danser – Odette, cygne blanc, lyrique et poétique, Odile, cygne noir, séductrice et femme fatale.

C’est l’école russe de danse classique, l’école de rigueur et d’excellence que vous pouvez admirer dans toute sa splendeur. Les danseurs sont issus des meilleures écoles de ballet de Russie comme l’Académie Vaganova de Saint-Pétersbourg.

Le Lac des cygnes fait partie des ballets les plus connus au monde et le plus joués. La musique de Piotr Tschaikovski transporte le spectateur dans un univers magique, tantôt mélancolique, tantôt joyeux et plein de couleurs. Les décors et les costumes splendides, l’orchestre live et la poésie de danse classique interprétée avec excellence par des danseurs russes font de ce spectacle un vrai joyau pour toute la famille !

Mar
5
mar
Parle à la poussière – Cie Hecho en Casa @ Théâtre Quintaou
Mar 5 @ 15 h 00 min – Mar 6 @ 16 h 00 min

Ana et Pier se séparent, c’est la guerre ! Comment l’annoncer à « La petite », lui parler de ce grand bouleversement qui va affecter toute la famille ? Pier ne trouve pas de mot… Ana tente une explication juste avant de partir au Japon pour photographier un parc d’attractions abandonné depuis 2006. Le printemps a quitté la maison. Tous les détails disparaissent…

À partir de ce fait familial, l’œuvre se développe telle une feuille d’origami que l’on déplie. Elle interroge l’absence, la mémoire et la grande Histoire. Du voyage au Japon de sa mère à ses cours d’histoire, la fillette remonte le temps. Elle suit les traces de Sadako Sasaki, née à Hiroshima en 1943. Elle a deux ans quand la bombe atomique détruit sa ville natale. Depuis, Sadako a la « maladie de la bombe ». Alors, tous les jours, elle plie des oiseaux en papier car, selon l’ancienne légende des mille grues, elle sera guérie si elle en fabrique mille.

Fabrice Melquiot, l’un des dramaturges français contemporains parmi les plus remarqués, répond à l’invitation de Hervé Estebeteguy, metteur en scène, en écrivant une œuvre poétique entre passé et présent, à la lisière du fantastique. La Scène nationale coproduit cette pièce empreinte d’amour et d’espoir : un voyage initiatique sous un ciel constellé de mille grues en papier.

La vie est un songe – Clément Poirée @ Théâtre d'Angoulême
Mar 5 @ 19 h 30 min – Mar 6 @ 22 h 00 min

MAR. 05 MER. 06 MARS 19H30

Le plateau est un antre mystérieux dans lequel se déroule l’histoire de Sigismond, prince reclus dans la tour d’un château par son père, convaincu que son fils, s’il en sortait, le destituerait et deviendrait un tyran sanguinaire, comme les astres le lui indiquent. Ce roi, pourtant, au terme de son règne, libère son fils à condition qu’il soit à nouveau reclus s’il devait se comporter comme prédit. Ce qui advient. À nouveau jeté au cachot, il sera libéré par une révolte populaire, mais surtout, métamorphosé par l’amour d’une femme, il fera l’admiration de tous par la sagesse de ses décisions. Clément Poirée, qui met en scène cette pièce pleine de péripéties, aime que se croisent sur le plateau l’action et la pensée. Entre conte métaphysique et fable politique, songe et vérité, le spectacle avance à pas puissants, servi par une distribution solide qui donne à entendre ce drame comme il se doit, prenant d’assaut les mots avec une vigueur réjouissante, éclairant en tous lieux le propos et entraînant le spectateur sans réserve.